Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » L’Allemagne renforce sa législation sur la culture et l’étiquetage des OGM
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’Allemagne renforce sa législation sur la culture et l’étiquetage des OGM

Depuis la fin janvier, l’Allemagne s’est engagée dans une rénovation de sa législation visant à apporter davantage de transparence et de sécurité en matière d’OGM, tant dans le domaine agricole que dans celui de la consommation. Cette mise à jour des textes arrive à son terme avec le mois de mars qui doit voir leur entrée en vigueur après une ratification par les ministres concernés et le président Horst Köhler.

Ces nouvelles dispositions ont fait l’objet de débats souvent controversés, notamment au Bundestag, le parlement allemand. Néanmoins, au regard de ce qu’impose la législation européenne, les avancées sont sensibles en revoyant à la hausse les contraintes de plantation, de responsabilité et de commercialisation des OGM.

Les agriculteurs allemands qui souhaitent cultiver des variétés transgéniques devront dorénavant se référer aux ‘bonnes pratiques agricoles’ qu’imposent les nouveaux textes en matière de culture d’OGM. Ainsi, des distances d’isolement, pour limiter les risques de pollution génétique des cultures conventionnelles, sont imposées aux cultures d’OGM. A titre d’exemple, l’agriculteur qui sème du maïs OGM doit prévoir un couloir de 150 m vierge d’OGM entre sa parcelle et celle de son voisin (si celle-ci est semée en maïs conventionnel), cette distance passant à 300 m dans le cas d’un voisinage avec du maïs biologique. Bien que cette disposition soit très loin d’éloigner le risque de contamination, elle apparaît novatrice.

En outre, le principe de ‘responsabilité sans faute’ pour les cas de dissémination/pollution involontaire d’OGM est maintenu, sauf lorsque les nouvelles distances d’isolement des OGM ne sont pas respectées en accord avec l’agriculteur conventionnel, lequel ne pouvant logiquement plus se plaindre s’il venait à voir ses cultures contaminées.

Pour le reste, les Allemands se sont attachés à clarifier l’étiquetage des produits alimentaires, notamment avec la distinction des produits sans OGM. Ainsi, les produits d’origine animale (laitages, œufs, viande…) ou végétale, obtenus sans aucun recours aux OGM, pourront dorénavant être facilement identifiés par les consommateurs grâce à une nouvelle étiquette ‘sans OGM’. Cet étiquetage constitue une réelle avancée en terme de transparence, d’autant que l’étiquetage actuel ‘contient des OGM’, imposé à tout produit alimentaire contenant plus de 0,9 % d’organismes génétiquement modifiés, ne concerne pas les produits d’origine animale.

Néanmoins, il reste encore 2 failles dans ce dispositif, au travers desquelles les OGM peuvent encore être présents dans des aliments qui en sont théoriquement exempts :

- les produits contenant des additifs alimentaires (1) comme des vitamines ou des enzymes, qui sont produits en laboratoire par génie génétique, pourront porter l’étiquette dès lors qu’il n’existe pas d’alternative sur le marché ;

- la limite de détection des OGM, qui est actuellement de 0,1 %.

Pascal Farcy
1- Voir le dossier ‘Les additifs alimentaires’

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
patou
3 mars 2008 - 0 h 00 min

Drole d’avencée que d’autoriser la culture ogm en plein champs !!Les bio ont du soucis a se faire , car 150m ou 300m c’est rien du tout pour un grain de pollein .Nos bons dirigeants veulent de toutes façon casser le bio :après les .9 % mini ont autorises le plein champs avec soit disant des sécurités …..


vincent
4 mars 2008 - 0 h 00 min

encore une victoire pour les multinationales et les lobbies! l’agriculture PEUT vraiment se passer des OGM, et répondre à sa fonction première: nourrir l’humanité (cf les observation de Pierre RHABI). A quand une recherche recentrée sur la sélection (et non plus la modification)qui fait ses preuves depuis Mendel, et la véritable prise en compte des atouts de la diversité (du matériel génétique et des techniques de production adaptées au milieu). L’appât du gain facile fait décidément faire bien des bétises.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
70

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS