Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » L’agriculture intensive s’approprie les réserves en eau en Poitou-Charentes
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’agriculture intensive s’approprie les réserves en eau en Poitou-Charentes

Pour satisfaire une agriculture céréalière intensive, les agriculteurs installés en Poitou-Charentes ponctionnent massivement dans les réserves en eau déjà largement fragilisées de la région. Financées par des fonds publics, ces retenues d’eau prélèvent en hiver, dans les nappes phréatiques et les cours d’eau, dans l’intention d’irriguer les cultures une fois survenue la sécheresse estivale.

Si le système semble en théorie inoffensif, il apparaît que les seuils de débit minimal des cours d’eau autorisant les prélèvements hivernaux sont bien trop bas pour permettre aux réserves de se recharger de manière satisfaisante avant la venue de l’été. D’après l’Observatoire Régional de l’Environnement Poitou-Charentes (ORE), « En Poitou-Charentes, les besoins en eau d’irrigation d’une culture peuvent être de l’ordre de 800 m3/ha/an pour des prairies à 2 500 m3/ha/an pour du maïs. Cela représente environ entre 7 et 21 fois plus que la consommation annuelle d’une famille de 4 personnes, estimée en moyenne au niveau national à 120 m3/an/famille ». Fixant pour sa part la moyenne de l’apport en eau par hectare de culture aux environs de 1 000 m3, la fédération régionale Poitou-Charentes souligne la dangerosité de voir se multiplier le nombre de retenues, tout particulièrement lorsque celles-ci puisent au sein d’un même bassin.

Une situation pour le moins problématique, aggravée par le maintien de seuils de prélèvement minimaux dérisoires. A titre illustratif, dans la Vienne, tout prélèvement dans le cours d’eau du Clain est autorisé dès que son débit atteint les 4 m3/s. Or, si ce quota est correct en été, il est largement insuffisant en période hivernale.

Plus inquiétant encore, les agriculteurs agissent avec le total consentement des pouvoirs publics, ces derniers assumant à mesure de 70 % les financements des retenues d’eau à destination des parcelles agricoles. Pour valider ces projets, ils se réfèrent à des études d’impact environnemental souvent négligées, minorant les répercussions à court, moyen et long termes de la surexploitation de ressources aquatiques restreintes.

Si aucune mesure n’est prise pour réguler les prélèvements effectués, la combinaison associant une diminution des stocks d’eau disponibles à une hausse des besoins pourrait rapidement conduire à une impasse. En effet, lorsque l’eau n’est pas détournée au profit des cultures, elle subvient aux besoins en eau potable des populations locales. Elément vital à toute forme de vivant, l’amenuisement des réserves en eau douce affecte aussi une multitude d’autres secteurs dont l’ostréiculture dépendante de l’alimentation en eau douce pour assurer un bon développement aux huîtres qu’elle produit.

En perturbant un cycle de l’eau complexe et instable, les pratiques agricoles intensives en vigueur en Poitou-Charentes desservent tout à la fois les populations locales et les milieux naturels ambiants. A plus longue échéance, elles finiront par se mettre elles-mêmes en difficulté en empêchant aux réserves en eau de se reconstituer. Or, à l’heure actuelle, tout indique que nous tendons vers ce scénario. Si l’on croit l’ORE, les prélèvements d’eaux au cours de ces vingt dernières années dans la région auraient nettement augmenté, principalement au profit des activités agricoles. Au regard de quoi, les débits des cours d’eau sont de plus en plus faibles en été, et ce, pendant des périodes de plus en plus longues.

Un constat alarmant alors que l’agriculture accapare 69 % de la surface régionale de Poitou-Charentes, avec une prédisposition pour la culture du maïs particulièrement gourmande en eau.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
phigoudi
6 novembre 2008 - 0 h 00 min

Mais oui, cessons de manger tant de viande. C’est elle qui crée une telle demande de maïs, catastrophe écologique.
C’est aussi au consommateur de faire des efforts. Cessez de vous baffrer de barbaque, c’est mauvais pour vous et pour notre environnement. Tout au plus, 1 fois par semaine, pour ceux qui AIMENT ça. La viande n’est absolument pas indispensable à la vie, mais elle est responsable de bien des désagréments… dont une très forte demande en eau.
Avez-vous déjà traversé les Landes ? Entre les pins, de grandes et multiples parcelles … de maïs, que de maïs, tous arrosés pas des installations géantes, ça fait froid dans le dos pour les nappes phréatiques de la région.
Les agriculteurs, une corporation honteuse, responsable de catastrophes écologiques… mais qui se plie à la demande, donc à nous.


ceres
9 novembre 2008 - 0 h 00 min

Nous avons perdu toute notion de mesure et d’équilibre.
Ce qui est alarmant c’est la vitesse à laquelle les surfaces agricoles diminuent au profit du béton , du goudron, des différentes constructions et grandes infrastructures, et il est vrai plus nous retirons de végétaux de la surface du sol, plus d’eau se trouve libérée pour rejoindre les rivières, nappes etc.
Il est important de se préoccuper de l’eau potable mais il est bon de savoir aussi que celle-ci sert pour plus de 90% à évacuer les déchets de nos maisons et 1% pour la boisson.
Il est tout aussi nécessaire devant l’augmentation de ces nouveaux besoins d’eau pour notre confort , devant le déséquilibre occasionné par la diminution de végétaux sur la surface de notre sol et commencé par les grandes déforestations, de se préoccuper à redonner à nos sols une couverture végétale surtout l’été pour capter cette énergie solaire qui devient sous forme d’aliment, l’énergie du vivant qui fait tant défaut pour certains de nos semblables.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
54

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS