Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » L’Europe sacrifie le thon rouge et le cabillaud
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Recycler son ordinateur pour ne plus extraire d’or
  2. Stop au plastique : les légumes gravés au laser
  3. CO2 et Coupe du monde : alerte aux saucisses !
  4. Fair Squared : les préservatifs vegan ...
  5. Une centrale nucléaire flottante en Russie


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’Europe sacrifie le thon rouge et le cabillaud

‘Par leur vote, les ministres européens de la pêche n’ont fait que réglementer la surpêche tant pour le cabillaud que pour le thon rouge’. Cette phrase de Serge Orru, du WWF-France, illustre bien ce qui s’est décidé durant le Conseil des ministres européens de la Pêche, clos depuis hier au soir au Luxembourg.

Les ministres européens de la Pêche ont été incapables de se mettre d’accord sur la définition du ‘filet dérivant’, ce qui permet à de nombreux bateaux de continuer à en utiliser (67 français et plus de 50 italiens au minimum selon l’association Oceana), 5 ans après leur interdiction.

Les décisions adoptées pour les pêcheries du thon rouge et du cabillaud vont également dans le même sens. Les ministres privilégient le court terme, en hypothéquant le devenir de ces 2 espèces.

Ainsi pour le thon rouge de Méditerranée et d’Atlantique Est, alors que les tonnages déjà prélevés correspondent aux recommandations des scientifiques, les politiques ont arrêté des quotas 2 fois supérieurs pour la saison en cours (29 500 tonnes). De plus, comme cela ne suffisait apparemment pas, ils sont revenus sur la limite de capture à 30 kg, alors que le thon ne se reproduit généralement qu’à partir d’un poids de 50 kg. Néanmoins, sous la pression des associations de protection, les survols en avion pour repérer les bancs de thon sont désormais interdits, tout comme les transbordements sauvages en pleine mer pour éviter aux bateaux de pêche de revenir aux ports.

Pour le cabillaud, face à la situation catastrophique en mer Baltique (la morue), seule une fermeture de la pêche pouvait permettre un recouvrement des stocks, or le plan de gestion adopté est à l’opposé. En effet, les ministres se sont contentés d’adopter des restrictions supplémentaires : nombre mensuel de jours de pêche limité, interdiction estivale et taille des filets réduite sur certaines périodes.

Alex Belvoit

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 13 juin 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
fée
16 juin 2007 - 0 h 00 min

En lisant de telles aberrations je suis pour la FERMETURE de la peche!!! Quelle honte pour l´humanité d´en arriver à ce point. Quelle éthique!!, la coruption règne á tous les niveaux.
Mon refus de participation à ce système: je suis végétarienne et m´en porte fort bien. Et j´ai au moins ma conscience pour moi.
Je n´oublie pas Greenpeace dont je suis membre meme si ce n´est q


diego
16 juin 2007 - 0 h 00 min

Ces 2 espèces ne sont que le sommet de l’iceberg. le nombre d’espèces surexpoitées par l’homme est impressionnant, probablement encore plus en mer que sur terre, on ne voit pas les poissons disparaitre…

En agissant de la sorte les pêcheurs ne se rendent même pas compte qu’il sont en train de compromettre leur avenir, sans même parler de celui de leurs enfants. La bêtise humaine n’a de limite que sa cupidité !!






à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS