Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Kenya : 50 000 hectares de terres arrachées aux mains des autochtones
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Kenya : 50 000 hectares de terres arrachées aux mains des autochtones

Au Kenya, l’accaparement des terres par de grandes entreprises au détriment des populations locales se poursuit dans l’incompréhension la plus totale. Ainsi, le gouvernement vient de « confier » 50 000 hectares de forêts, situés dans la région côtière de Malindi, à la Kenya Jatropha Energy Limited, entreprise privée détenue par la société italienne Nuove Iniziative Industriali SRL. Sans surprise, cette dernière est spécialisée dans la production d’énergies renouvelables, et notamment d’huile de palme qu’elle importe depuis les continents africain et asiatique.

Selon un document officiel fraîchement publié par les autorités, les terres en question sont louées pour une durée de 33 ans, sur la base tarifaire de 2 euros par hectare.

D’après Réseau Action Climat (RAC), la Kenya Jatropha Energy Limited projette de raser 30 000 hectares forestiers et d’exploiter les terres communales ainsi investies.

La finalité de cette installation trouve sa réponse dans la production du jatropha, une plante non comestible mais supposée offrir des rendements élevés en huile, vouée à alimenter la production d’agrocarburants (1).

Selon le réseau associatif, ce projet « a été élaboré sans que l’ensemble des consultations prévues par la constitution kenyane n’ait été mené ». En janvier 2010, les populations de la région de Malindi auraient ainsi été alertées par des fumées inhabituelles émanant de la forêt de Dakatcha, résultant du passage des bulldozers sur les arbres des territoires cédés par le gouvernement. D’après ActionAid Kenya, 20 000 personnes seront affectées par cette monopolisation, pour ne pas dire destruction, et devront être « éventuellement déplacées ». Parmi celles-ci, comptent de nombreux paysans, dépossédés de leurs productions vivrières dont dépendent également les populations autochtones. Communauté indigène, les Wa Sanya partagent un sort comparable, leur subsistance dépendant de la chasse et de la cueillette.

A l’inverse, du point de vue de l’entreprise italienne, l’opération devrait s’avérer ô combien lucrative, même si les profits générés varient selon la source d’informations. D’après les documents officiels, 30 % de l’huile produite au Kenya devrait être exportée vers l’Italie, les 70 % restants étant destinés à la consommation énergétique nationale. Mais des points restent volontairement dans l’ombre. Ainsi, ne sont précisés ni la manière dont sera transformée l’huile en territoire kenyan en l’absence d’infrastructures adéquates, ni les prix qui seront pratiqués par l’entreprise exploitante à destination du marché kenyan.

Contredisant ces déclarations, l’entreprise exploitante aurait récemment confié à la presse italienne que seuls 20 % de la production kenyane seraient consommés sur place contre 80 % se destinant à l’exportation en direction de l’Italie.

Ne s’avouant pas vaincues, les communautés locales, bénéficiant de l’appui des organisations de la société civile kenyane, ont exprimé leur opposition à ce projet auprès du gouvernement, faisant valoir leur droit à disposer de leurs terres. Fin mai, les premières consultations publiques ont attesté de l’ampleur des contestations. Les agences gouvernementales de protection des forêts ont également fait entendre leur mécontentement, affirmant ne pas avoir été préalablement consultées. Face à l’urgence, ActionAid Kenya, partenaire du RAC et impliqué dans les négociations entretenues avec le gouvernement, en appelle à la solidarité internationale afin de « défendre la souveraineté alimentaire des communautés de la région de Malindi et empêcher la destruction de la forêt de Dakatcha ».

Cécile Cassier
1- Pour en savoir plus sur les agrocarburants et leur impact, se référer au dossier « Les agrocarburants : le miracle éphémère », paru dans le n°22 (novembre / décembre 2008) du magazine Echo Nature.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 19 juin 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
maïli
21 juin 2010 - 0 h 00 min

Decidement les prédateurs-voleurs sans vergogne sont
partout à l’affut du moindre benefice ,l’humain est tristement ainsi , envieux soiffard de pouvoir de toujours plus , mais voilà , ceux là , ont des moyens collossaux , alors ,que peut on faire pour se mobiliser audelà d’une simple indignation qui , aussi juste soit elle , ne fait guére avancer le chmilblik ! une petition est elle en cours pour appuyer les habitants lésés du Kenya ?


lea
27 juin 2010 - 0 h 00 min

Et ça continue, et ça continue… Spoliation de 50 000 ha de terres infligée aux habitants du Kenya, gouvernements corrompus graissés à l’huile de palme. D’ici quelques mois, on nous annoncera que les paysans de cette région vivent une crise alimentaire sans précédent, mais, pour ne pas fâcher certains, on passera alors sous silence la vraie raison qui en est à l’origine.
Pour finir, cela contribuera un peu plus à laisser planer dans l’esprit du public l’idée que les méthodes agricoles des petits paysans de ces pays ne valent vraiment rien, puisqu’elles ne sont pas même capable de les nourrir, et que décidément, pour avoir des résultats, rien ne vaut la bonne grosse agro-industrie-chimie-intensive.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
69

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS