Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Greenpeace estime avoir sauvé plus de 100 baleines
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Greenpeace estime avoir sauvé plus de 100 baleines

Le navire de Greenpeace l’Esperanza vient d’achever deux semaines de course-poursuite avec des bateaux de la flotte de chasse japonaise, dans l’océan Antarctique. Cette opération de l’ONG a permis de bloquer totalement la chasse à la baleine pendant une quinzaine de jours.

Greenpeace estime que pour atteindre leur objectif annuel de 1000 baleines, les bateaux japonais tuent en moyenne huit petits rorquals par jour et un rorqual commun tous les deux jours. Ainsi, d’après Greenpeace, ces deux semaines de harcèlement ont permis, à plus d’une centaine de baleines, d’échapper aux bateaux japonais. Faute de carburant, le navire Esperanza, a été contraint de quitter la zone pour rejoindre l’Australie.

Avant de quitter la zone, Sakyo Noda, de Greenpeace Japon, a adressé par radio à l’équipage du bateau japonais le message suivant : « Nous savons que vous avez eu ces dernières semaines l’ordre de Tokyo de ne pas tuer de baleine en notre présence… Demandez-vous pourquoi il vous faut ainsi vous cacher et agir sans témoin gênant s’il n’y a aucun problème avec votre programme de chasse ! »

Michel Sage

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Dolphin06
2 février 2008 - 0 h 00 min

Ci joint un article trouvé sur internet :27/01/2008 – Greenpeace protège les baleiniers japonais de Sea Shepherd

L’Esperanza de Greenpeace vient d’arrêter de poursuivre le navire usine japonais Nisshin Maru et retourne en Nouvelle Zélande.

Le second du Steve Irwin, Peter Hammarstedt a appelé le chef de la campagne de Greenpeace, Karli Thomas, à bord de l’Esperanza pour demander la position du Nisshin Maru. Elle a répondu qu’il n’était pas nécessaire que Sea Shepherd ait les coordonnées du Nisshin Maru parce que l’Oceanic Viking continuerait de filmer les activités du navire usine pour continuer le travail que Greenpeace avait fait.

En d’autres termes, M. Hammarstedt demanda, « Vous ne vous souciez guère que Sea Shepherd empêche le massacre des baleines maintenant que vous partez ? », Mademoiselle Thomas répondit que Greenpeace n’avait aucune intention de coopérer avec Sea Shepherd et raccrocha.

Depuis le début de cette campagne, Sea Shepherd a essayé de coopérer avec Greenpeace. Sea Shepherd a donné les coordonnées des baleiniers à Greenpeace l’an dernier, et celles des vaisseaux harponneurs cette année. Sea Shepherd a aussi offert à Greenpeace de partager notre hélicoptère avec Greenpeace. Toute tentative pour coopérer et montrer un front uni a été repoussée par Greenpeace.

« Je me demande vraiment quelle motivation a Greenpeace de venir ici année après année, » a déclaré le Capitaine Paul Watson. « Leurs campagnes consistent toujours à se montrer dans des canots pneumatiques, tendre des banderoles, et filmer des baleines en train de mourir. Les choses ont changé de façon spectaculaire depuis que Sea Shepherd intervient. Les baleines ne meurent pas quand nous sommes là. A la place, les baleiniers fuient et continuent de fuir. Les baleiniers ne se sont jamais enfuit devant Greenpeace, et ils ne fuyaient pas devant eux cette année non plus. Même les baleiniers ont admis qu’ils fuyaient le Steve Irwin de Sea Shepherd. »

Ce que le public ne sait pas, c’est que Greenpeace lance une énorme campagne de récolte de fonds chaque année pour lever des millions de dollars pour une campagne où ils n’en dépensent qu’une fraction. En plus de publicité télévisée, Greenpeace a acheté des droits pour faire de la publicité en ligne sur des sites de journaux majeurs, Google, et autres media. Chaque fois que quelqu’un clique dessus, une histoire de baleine s’affiche et on demande à faire des dons pour Greenpeace.

« Tout cela est très bien, » a dit le Capitaine Paul Watson. « Mais avec le montant des revenus que Greenpeace récolte, pourquoi repartent-ils déjà ? Ils devraient aller au port le plus proche, refaire le plein, et redescendre pour continuer leur campagne. Les baleiniers y sont pour encore deux mois. Assez de temps pour refaire le plein et repartir. Mais ils ne le feront pas. Ils ont leurs photos et ils ont leurs histoires, et c’est suffisant pour générer un programme d’appel de fonds pour le restant de l’année. »

Si Sea Shepherd en avait les ressources, le Steve Irwin referait le plein et repartirait, mais le budget annuel de Sea Shepherd de 2 millions de dollars est très faible comparé au budget de Greenpeace qui excède 100 millions de dollars.

« Nous ferons tout ce que nous pourrons avec les ressources dont nous disposons, mais je peux vous dire ceci, » a déclaré le Capitaine Paul Watson. « Si nous avions une fraction du budget de Greenpeace, nous aurions deux navires ici du début de la saison de chasse à la fin. »

Le Steve Irwin de Sea Shepherd continue de poursuivre les vaisseaux harponneurs dans le sanctuaire baleinier de l’Océan Austral. Le navire japonais Fukuyoshi Maru 68 continue de suivre le Steve Irwin pour tenir la flotte au courant de la position du Steve Irwin.

« Du fait de la présence de ce navire espion, nous ne pourrons pas rattraper les baleiniers, mais nous pouvons continuer de les poursuivre et les garder en fuite, et s’ils fuient, ils ne pourront pas chasser, » a dit le Capitaine Paul Watson.

A vous, de juger


miss ecolo
2 février 2008 - 0 h 00 min

Greenpeace est rentrée à la maison mais le combat n’est pas fini. Voici les informations d’une autre ONG, aussi en Antarctique pour lutter contre ce massacre illégal, qui a la ferme intention de continuer à bloquer la flotte japonaise.

http://www.seashepherd.fr/news.html#

Un article Le Point du 31 janvier 2008 :
http://www.lepoint.fr/content/a_votre_sante/article.html?id=221553

Croisons les doigts pour ces magnifiques créatures.


Pierre Darmangeat
4 février 2008 - 0 h 00 min

L’action de Greenpeace dans le sanctuaire baleinier austral est certes remarquable, mais l’organisation a besoin d’argent pour naviguer, et demande de l’aide.

Au sujet de la « lutte » entre Greenpeace et « Sea Sheperd », je n’ai pas lu l’article en question, mais elle est fort possible car ces deux ONG ne peuvent pas se voir en peinture. Comme d’ailleurs la plupart des ONG faisant le même travail dans un même domaine, l’esprit de clocher régnant un peu trop en leurs murs, chacune voulant tirer la couverture à soi et méprisant le travail des « collègues ».

Cet état d’esprit est malheureusement fréquent chez la plupart des organisations et groupes naturalistes les plus divers, à commencer par les groupes ornithologiques français qui sont tous « meilleurs » les uns que les autres. Ayant eu affaire à ce genre de joyeuse mentalité dans le passé (années 1970-1984) chez les « ornithos », j’ai cessé d’appartenir à toute organisation.
Je pensais que cet esprit s’effritait avec le temps mais il n’en est rien.

En gros ,chez Greenpeace, « On est les meilleurs » ; chez Sea Sheperd, « We are the best », et à la LPO, « Tous les autres sont nuls ». Lassant !


miss ecolo
6 février 2008 - 0 h 00 min

C’est un peu plus compliqué qu’une guéguerre médiatique entre ONG.C’est une rancune qui remonte à loin. Il faut savoir que Watson a été co-fondateur de Greenpeace qu’il a quitté en 1977. Plus d’infos sur le site de Sea Shepherd.

De plus, Sea Shepherd a transmis les coordonnées de la flotte japonaise à Greenpeace, son intention était de travailler en collaboration, mais Greenpeace a refusé. Cette ONG doit justifier les millions de dollars que lui rapporte sa campagne contre la chasse à la baleine…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
37

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS