Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Etude nationale sur l’imprégnation des consommateurs de poisson / PCB
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Etude nationale sur l’imprégnation des consommateurs de poisson / PCB

Au regard de la multiplication récente des interdictions de consommation de poissons d’eau douce, pour cause de pollution par les PCB (1), le lancement d’une étude sur la consommation de ces animaux et la teneur sanguine en PCB de leurs consommateurs n’a rien de surprenant.

Cette semaine, l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) et l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) ont en effet annoncé une étude dite d’imprégnation, visant à déterminer si les consommateurs de poissons de rivière sont plus exposés aux PCB que la population générale. Pour cela, dès ce mois, 900 foyers de pêcheurs amateurs, répartis sur plusieurs zones de pêche (cinq contaminées à des degrés divers : Somme, Rhône, Moselle, Rhin, Seine, et deux non contaminées : Loire et Garonne), vont être suivis. Consommateurs ou non de poissons de rivière, l’ensemble de ces foyers verront leurs teneurs sanguines en PCB et leurs habitudes alimentaires être analysées. En parallèle, le niveau de contamination des poissons de ces zones de pêche sera mesuré. S’étendant sur plusieurs mois, en février 2011 l’étude devrait permettre de déterminer d’éventuelles recommandations de consommation de poissons d’eau douce.

Rappelons que l’étude de la contamination par les PCB, des consommateurs de poissons d’eau douce, n’est pas une première en France. En mai 2008, près de 2 ans après la première interdiction de consommer des poissons du Rhône, deux associations avaient déjà rendu publique une telle étude.

Pascal Farcy
1- Les PCB ou encore polychlorobiphényles, désignent une famille de 209 composés organochlorés classés comme polluants organiques persistants (POPS). Produites industriellement depuis 1930, ces molécules ont fait l’objet de multiples utilisations massives jusque dans les années soixante-dix pour la fabrication des transformateurs électriques et comme additifs dans les peintures, les encres et les huiles de coupe. Très peu biodégradables, leur rejet dans l’environnement a entraîné des phénomènes de bio accumulation préoccupants. Les polychlorobiphényles sont parfois dénommés à tort ‘pyralènes’, du nom commercial de préparations huileuses qui les intègrent dans leur composition. Au niveau mondial, on estime que sur les 1200 millions de tonnes de PCB produites, dont 34 000 tonnes en France, environ 400 millions ont été dispersées dans la nature.

Les PCB se fixent dans la matière grasse des êtres vivants contaminés et des éventuels produits qui en sont dérivés. Ils constituent un risque potentiel pour la santé humaine avec des pathologies types : retards de croissance, problèmes de fertilité, voire cancers.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Anibé
12 avril 2009 - 0 h 00 min

J’ai JAMAIS aimé les poissons de rivière!!!
Je trouve que ça a un goût de vase… (Désolée pour les amateurs) à part la truite. Mais comme son prix est exorbitant, le problème est résolu. :o P


zorggy
13 avril 2009 - 0 h 00 min

La pollution des rivières ne s’arrête pas à l’embouchure des fleuves, comme le nuage de Tchernobyl s’est arrêté à nos frontières (N. Sarkozy alors responsable de la sécurité chimique et radiologique du ministère de l’intérieur). Non, les poissons vivant en mer sont tout aussi atteints, notamment ceux en haut de la chaîne alimentaire, comme le saumon qui naît d’ailleurs en eau douce.


finette
16 avril 2009 - 0 h 00 min

Si le PCB provient d’actvités industrielles, est-il présent dans les lacs d’altitude ? Est ce que l’étude nationale distinguera les provenances des poissons consommés : lacs d’altitude, étangs privés situés à l’écart des villes..


jackie
18 avril 2009 - 0 h 00 min

et moi je suis végétarienne, alors tant mieux!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
25

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS