Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » En sursis, les anchois aspirent toujours au repos
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






En sursis, les anchois aspirent toujours au repos

Alors que les discussions battent leur plein dans les hautes sphères européennes afin de décider de l’orientation à donner à la Politique commune de la pêche, l’association internationale de protection des milieux marins, Oceana, revient sur l’épineuse question de la pêche à l’anchois dans le Golfe de Gascogne. Fermée en juillet 2005 pour préserver de très faibles effectifs largement entamés par des captures excessives au cours des années 1990, l’espèce bénéficiait jusqu’alors d’un peu de répit. Pourtant, malgré les mesures engagées, les populations d’anchois de la région peinent à se reconstituer, leur état actuel n’étant guère propice à une réouverture de cette pêcherie.

Un constat que Oceana tente de faire entendre aux autorités espagnoles, françaises et européennes impliquées dans la gestion des pêcheries de cette partie de l’océan Atlantique. D’après Jose Rodriguez, scientifique marin d’Oceana Europe : « Les cinq premières années de cette décennie ont représenté une gestion désastreuse avec pour conséquence une aggravation sérieuse de la situation des anchois dans cette région ». Aussi, même si des signes de récupération viennent à poindre, l’espèce est loin d’être tirée d’affaires pour autant. De fait, le « recrutement », à savoir l’entrée de nouveaux individus, de l’année passée s’est avéré être l’un des plus bas de ceux enregistrés au cours des dernières années.

Jouant un rôle déterminant dans les délibérations relatives au devenir de la pêche à l’anchois, les scientifiques ont évalué à 33 000 tonnes la « biomasse de précaution minimum des reproducteurs ». D’après Oceana, une réouverture de la pêche à l’anchois, même avec des quotas réduits, alors que la biomasse est inférieure à ce minima, pourrait sérieusement remettre en question la survie de l’espèce et, par là même, celle des activités de pêche qui en dépendent.

Initiées au cours du printemps dernier, des campagnes d’enquêtes destinées à surveiller l’évolution des populations d’anchois viennent tout juste de s’achever. Leurs résultats devraient être très prochainement communiqués et apporter un éclairage nouveau sur l’actuel débat autour d’une possible reprise de cette pêcherie. Pour l’association, il est vital que les instances décisionnaires s’en remettent aux avis scientifiques, arguant qu’une réouverture prématurée pourrait annuler les efforts fournis jusqu’ici pour préserver l’espèce et le marché qu’elle alimente. Un point de vue que les pêcheurs ont dû mal à partager, ces derniers réclamant à corps et à cris la reprise de leurs activités, même sous quotas imposés.

L’anchois est loin d’être la seule espèce marine pour laquelle la problématique d’une pêche régulée et responsable se pose. Ainsi, Ricardo Aguilar, directeur de la recherche et des projets d’Oceana Europe déclare : « La situation des stocks du golfe de Gascogne exige une prise de responsabilité générale car les stocks des autres espèces de cette mer comme le merlu, la langoustine ou la lotte ne se trouvent pas non plus dans de bonnes conditions ». Alors que nous payons aujourd’hui la note pour nos excès passés, il serait bon de ne pas reproduire les mêmes erreurs sous peine de se priver définitivement de ces ressources.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 28 mai 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Anibé
1 juin 2009 - 0 h 00 min

Moi, de toute façon, j’aime pas les anchois. Alors je suis pour l’ARRÊT TOTAL et DÉFINITIF de leur pêche!!! :D



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
24

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS