Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Elevage de poulets : surpopulation et sélection génétique montrées du doigt
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Elevage de poulets : surpopulation et sélection génétique montrées du doigt

La PMAF (protection mondiale des animaux de ferme) dénonce les conditions d’élevage intensif des poulets élevés pour leur chair, le bien-être animal étant le parent pauvre de cet élevage à grande échelle.

En France, chaque année, plus de 700 millions de poulets sont tués dans les abattoirs pour la consommation de leur chair. Des dizaines de millions meurent avant d’avoir atteint l’âge d’abattage, de maladie ou de défaillance cardiaque.

Cette mortalité s’explique en grande partie de part la sélection génétique qui a privilégié les races à croissance rapide. Les poulets de chair industriels atteignent aujourd’hui leur poids d’abattage deux fois plus vite qu’il y a 30 ans, et entre 1925 et 1998, la durée de production d’un poulet de 1 500 g est passée de 120 à 33 jours ! Cet accroissement de la vitesse de croissance a favorisé le symptôme dit de ‘mort subite’. Le cœur ne pouvant suivre le développement trop rapide du corps, tous les ans, des millions de poulets succombent des suites de faiblesses cardiaques avant même d’atteindre leur âge d’abattage de 6 semaines.

Cette croissance rapide entraîne également l’apparition de plusieurs pathologies de l’appareil locomoteur. Les pattes ne suivant pas la même évolution que celle du corps, elles fléchissent sous le poids, ce qui engendre des déformations de ces dernières ou des paralysies. Dans le pire des cas, les poulets peuvent à peine marcher et ne se déplacent qu’en rampant. Certains meurent de faim et de déshydratation car ils n’arrivent tout simplement pas à se rendre aux points d’eau et de ravitaillement.

L’INRA (Institut National de Recherche Agronomique), qui est à l’origine de la souche de poulets à croissance rapide, reconnaît lui-même ces problèmes majeurs et préconise une augmentation forcée de l’activité physique des poulets (1).

Outre la sélection génétique, la surpopulation provoque également de sérieux problèmes de bien-être. Dans bon nombre d’élevages industriels, on ne compte pas moins de 22 poulets, ou plus, par m2. Faute de place, ils passent quasiment tout leur temps assis sur une litière à même le sol. Ce contact prolongé, sur des litières souvent humide, provoque des ampoules, des brûlures ou encore des ulcères. Non seulement ces blessures sont douloureuses mais elles peuvent causer également une infection généralisée (par le biais de la circulation sanguine), provoquant une inflammation des articulations.

En France, et plus largement en Europe, il n’existe actuellement aucune législation spécifique à l’élevage des poulets de chair. Pourtant cet élevage est un secteur agricole important, avec l’abattage de plus de 4 milliards de poulets chaque année au niveau européen, soit un nombre supérieur au cumul de tous les autres élevages.

Pour répondre à ce vide juridique, une directive de la Commission européenne est actuellement en discussion entre les états membres. Bien qu’étant un premier pas en faveur de la prise en compte du bien-être animal, cette directive ne tend ni à régler véritablement la question de la surpopulation (elle autorise jusqu’à une vingtaine de poulets par m2) ni à résoudre les problèmes liés à l’utilisation des souches de poulets à croissance rapide (la question n’y étant pas évoquée).

(1) L’activité physique (obligation de franchir des obstacles journalièrement, utilisation de perchoirs, etc.) améliorerait la qualité des os et diminuerait l’apparition des problèmes locomoteurs.

Cécile Fargue
photo © Vicky Alhadeff

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 18 janvier 2006 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
479

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS