Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.


Fermer
Univers Nature - Actualité, ennvironnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Eclosion de brochets à la station d’épuration de Saint-Dizier
L'éco-photo de la semaine
magasin bio qui produit ses legumes


Newsletter
+ de 150 000 abonnés

La ruche qui dit oui !
Les 5 dernières ruches ouvertes !

Chiffre Clé
· 190 000 litres d’eau potable sont perdus toutes les 5 secondes en France ·
1 300, c’est le nombre de milliards de litres d’eau potable perdus dans des fuites en France. [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Le principal prédateur du maïs s’adapte à sa ...
  2. Le GIEC ne fait plus recette
  3. Pollution de l’air intérieur, une ...
  4. Revêtements de sol écolo : y’a du choix !!
  5. Un premier bâtiment tertiaire en France en ...

Focus Sur
maison ecologique
Une maison écolo pas comme les autres

Archives depuis 1999





Le dossier du mois
Revêtements de sol écologique
Si parfois, l’offre de produits écologiques est limitée, ce n’est assurément pas le cas pour les revêtements de sol. Il y en a pour tous les goûts et les pièces, avec des touchés très différents et des matières aussi variées que les couleurs, pour au final, des combinaisons décoratives et fonctionnelles qui n’auront de limite que votre imagination. • Les sols durs et froids - [...] Lire la suite ...


Eclosion de brochets à la station d’épuration de Saint-Dizier

Si des esturgeons ont déjà été obtenus à partir des eaux d’une station d’épuration, en Gironde, pour les brochets, l’expérience qui a été menée de novembre 2008 à avril 2009 est une première en France.

Chaque année, pour réempoissonner les étangs piscicoles du lac du Der, le plus grand lac artificiel français en région champenoise, l’Union des Fédérations et Associations de Pêche pour la Protection du Milieu Aquatique (UFAPPMA) lâche, entre autres, 1,5 million d’alevin de brochets de sa production (1). Jusqu’alors, pour sa production saisonnière de brochet, l’association bénéficiait des services d’une pisciculture locale, approvisionnée en eau de source. Mais le partenariat ayant pris fin, une solution étonnante a vu le jour via l’utilisation des eaux de rejet de la station d’épuration de la ville de Saint-Dizier (Haute-Marne).

C’est en novembre que l’expérience d’ésociculture (d’Esox lucius, nom latin du brochet) a débuté, avec la sélection des reproducteurs lors des grandes pêches automnales, qui ont vu environ 20 tonnes de poissons être extraites du lac du Der. Les vingt-neuf femelles et quinze mâles sélectionnés ont passé l’hiver dans de petits bassins (8 x 15 m environ) séparés, dans une eau de source à 9°, où quelque 500 kg de poissons fourrage (des gardons) ont été nécessaires à leur alimentation. Fin mars, ces reproducteurs ont été amenés au laboratoire installé sur le site de la station d’épuration. Leur ponte y a été forcée et les œufs fécondés artificiellement avec la semence des mâles. Les douze litres d’œufs obtenus ont alors été placés dans des bouteilles sans fond, où un courant continu les a brassés en permanence tout en évacuant les œufs non fécondés, dont la densité est différente. La température de l’eau provenant de la station d’épuration, avoisinant les 14°, un système de réfrigération a dû être installé, évitant en outre les écarts sensibles de température entre le jour et la nuit. Une douzaine de jours plus tard, les œufs arrivés à maturité ont été répartis dans des bacs alimentés avec les eaux de sortie de la station. Dès leur naissance, les alevins se sont accrochés aux mailles de petites grilles disposées dans les bacs, leur ventre démesuré leur permettant de se nourrir durant huit jours. Leur sac vitellin vide, les 2 millions alevins aptes à se nourrir par leurs propres moyens ont été transportés au lac du Der et dispersés par petits groupes, tous les 20 ou 30 m, dans 10 cm d’eau. D’ici un an, leur taille avoisinera 40 cm, pour un poids d’environ 500 g.

Cette première a satisfait tous les partenaires de l’opération et notamment les responsables de la station d’épuration de Saint-Dizier, qui ont vu dans cette opération un bon moyen de démontrer la qualité des 5 000 m3 d’eau évacués quotidiennement dans la Marne. En conséquence, Henri Jouvenaux, le président de l’UFAPPMA, y réinstallera son laboratoire d’ésociculture, tout en réfléchissant à une extension à d’autres espèces, comme les carpes par exemple.

Pascal Farcy
1- Face à la diminution des lieux de reproduction de l’espèce, la pression sur les populations via la pisciculture et la pêche, la fécondation in vitro est devenue primordiale en de nombreuses régions.
Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 11 mai 2009 à 12:00

3034 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
13 mai 2009 - 0 h 00 min

Merveilleux ce que l’on arrive à faire pour satisfaire un lobby !


zygo
14 mai 2009 - 0 h 00 min

Ou on veut montrer que les eaux sont propres en sortant de la station, (ce qui peut se faire par d’autres moyens) ou on veut faire des alevins. Je n’ai pas très bien compris l’intérêt de faire des alevins artificiellement avec des géniteurs pêchés « en gros » au même endroit, plutôt que de laisser ces poissons se reproduire naturellement? Ou alors (info qui manque dans l’article) ils ne peuvent pas se reproduire sur place. Les pêcheurs qui ont une bien meilleure image que les chasseurs ont l’art d’introduire n’importe quoi dans les eaux sans aucun état d’âme (ici c’est un poisson indigène mais les introductions de poissons « exotiques » continuent). Quelle différence entre empoissonner artificiellement un lac et lâcher des faisans la veille de l’ouverture de la chasse?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
55

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS