Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Développement agricole au Sud : un peu de respect s’il vous plaît !
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Développement agricole au Sud : un peu de respect s’il vous plaît !

Au bout de cinquante ans, les experts de l’aide au développement agricole découvrent, comme de bons génies, les bienfaits d’une « nouvelle » forme d’agriculture : l’agriculture de conservation. Le 4 février dernier, enlisé dans un jargon qui se veut résolument contemporain, M. Shivaji Pandey, un des meilleurs experts de la FAO, déclarait publiquement : ‘Le monde n’a d’autre choix que d’intensifier la production agricole durable […]. L’agriculture de conservation est un volet essentiel de cette intensification’.

Cette fameuse agriculture de conservation repose sur trois principes fondamentaux : le travail minimal du sol (pas de labour mécanisé), les associations et les rotations culturales et la couverture permanente du sol. Et, alors là, franchement, on rêve en lisant la note explicative de la FAO qui stipule que cette forme d’agriculture a été introduite il y a 25 ans environ. Que les grands experts internationaux se rendent enfin compte que l’agriculture de conservation, qui n’est autre que ce qu’il se pratique traditionnellement en Afrique et en Asie, n’est peut-être pas si mauvaise est une chose, mais on aurait envie de leur demander un peu plus d’humilité et de respect pour les générations d’hommes et de femmes du Sud qui les ont mise au point.

Depuis les indépendances, et dans la grande hypocrisie de l’aide au développement, c’est l’esprit de la révolution verte qui hante le monde agricole : intensification, mécanisation, diffusion et multiplication des intrants, promotion des monocultures, etc. Une unique voie a été choisie pour aider les pays du Sud à développer leur agriculture et s’insérer dans le grand marché mondial. Le soutien aux agricultures du Sud a été une vaste entreprise de négation et de transformation des systèmes agricoles locaux, jugés peu productifs et totalement archaïques. Mais pendant que des millions de dollars étaient envoyés par les pays donateurs pour la promotion d’une agriculture « moderne », dans le même temps, des milliards de paysans en Afrique et en Asie continuaient de pratiquer une agriculture familiale de subsistance utilisant des techniques résolument durables. Les ingénieurs agronomes, comme des missionnaires venus du nord pour apporter la bonne parole à des paysans « sous-développés », œuvraient à l’exportation des méthodes intensives de production, au mépris de l’inventivité propre aux contextes sociaux et culturels dans lesquels ils cherchaient à les intégrer. Il aura fallu une crise alimentaire mondiale, d’immenses dégâts sur l’environnement, et le constat des chutes de productivité de cette agriculture intensive d’exportation, pour enfin admettre qu’il y a peut-être d’autres chemins pour la production alimentaire. Mais, ne nous réjouissons pas si vite, ces autres chemins seront forcément proposés par les sociétés mercantilo-techniciennes. Nous ne sommes pas encore arrivés à la reconnaissance officielle que d’autres peuples participent, par leur savoir et leur savoir-faire, à l’histoire de l’humanité. Ce ne sont pas les Africains, ou les paysans du Sud-Est asiatique, utilisant la rotation des cultures pour l’entretien de la fertilité des sols ou l’agroforesterie depuis des générations, qui ont inventé l’agriculture durable, non, il faut être membre d’une instance internationale pour ça. Et la FAO était en grande pompe au congrès de New Delhi pour annoncer au monde qu’elle réinvente la tradition, puisqu’elle devra maintenant l’intensifier. Il faut toujours justifier de son existence…

Elisabeth Leciak

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 09 février 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Linotte
12 février 2009 - 0 h 00 min

Au Togo, il y a 10 ans, j’étais dans un projet qui « aidait » les agriculteurs dans le travail de la terre (à la houe)…
En contemplant les vestiges des projets FAO de 10 ans plus tôt, qui avaient « aidé » au développement de la culture attelée (boeufs et charrues).
Et en entendant les vieux raconter les projets de développement de l’agriculture mécanisée (je n’ai jamais vu les restes des tracteurs en question)…
Et, pauvre parmi les pauvres, notre voisin, un vieux qui avait toujours continué à cultiver ses variétés traditionnelles, sans engrais, sans « progrès », mangeait, lui, toute l’année à sa faim !


babaorhum
12 février 2009 - 0 h 00 min

Linotte, ça ne veut rien dire ce que tu écris.


Horace84
15 février 2009 - 0 h 00 min

Je vous invite à découvrir, commenter et discuter
de la dernière mise à jour en date, synthétique et claire,
d’un projet de géo-ingénierie saharienne, en cours de développement depuis plus de six ans,
et pour l’instant sans réelle contradiction :

Géo-ingénierie Saharienne pragmatique :

http://web.me.com/savegaia/flowerswar/Projet/Entrées/2008/12/5_mise_à_jour_en_cours.ht

http://web.me.com/savegaia/flowerswar/Sahara.html

http://myspace.com/horace67


Anibé
18 février 2009 - 0 h 00 min

Ah, alors on appelle ça « agriculture de conservation », chez les technocrates…
Moi je connaissais ça sous le nom de « permaculture ». Il y a d’autres noms, mais à mon avis permaculture (càd culture en permanence) est quand même un peu plus compréhensible que « agriculture de conservation ».
Mais le problème n’est pas (pas tout à fait) là.
Quoiqu’on puisse constater que la désinformation commence par le langage (cf la propagande…).

Cela dit, si on veut en savoir un peu plus sur le processus, on peut lire un livre formidable: « La Révolution d’un seul brin de paille », de Masanobu Fukuoka qui est mort récemment, et qui avait recréé dans son coin (au Japon) tout le processus de « conservation » (précisément) et de régénération des sols, et d’évitement des maladies et parasites des végétaux.
Il avait même retrouvé le moyen de faire pousser du riz avec très peu d’irrigation.
Un livre passionnant, à lire d’urgence pour comprendre ce qu’il est possible de faire, et avoir des arguments pour convaincre « la base » que « les décideurs » (industriels, financiers et politiques) se foutent éperdument du monde et de l’avenir de notre belle Terre… :-(



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
20

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS