Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Des causes multiples expliqueraient la surmortalité des huîtres
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Des causes multiples expliqueraient la surmortalité des huîtres

Les mortalités d’huîtres ne sont pas un phénomène exceptionnel, et les ostréiculteurs ont appris à s’en ‘accommoder’. Néanmoins, cette année, face à l’ampleur des pertes et à la simultanéité du problème sur l’ensemble des bassins de production français, à l’exception du bassin d’Arcachon, l’IFREMER (1) travaille à en identifier les causes possibles.

Les premiers résultats mettent en avant, dans l’ensemble des zones atteintes, la présence du virus OsHV-1 (Ostreid Herpes Virus 1) et de la bactérie Vibrio Splendidus. Si la présence de cette dernière pourrait avoir facilité l’installation du virus, la seule présence de l’OsHV-1 ne semble pas pouvoir expliquer de tels chiffres de mortalité (entre 40 et 100 % des jeunes huîtres (naissains) de 12 à 18 mois). Aussi, selon les chercheurs de l’IFREMER, l’hiver doux que nous avons connu, associé à un printemps pluvieux et à une remontée rapide et saccadée des températures en juin ont probablement constitué des facteurs aggravants en débouchant sur des températures de l’eau supérieures à 19 °C et à une forte croissance du phytoplancton.

Outre ces causes, la prolifération du phytoplancton a également été examinée, mais pour la seule Bretagne. La présence d’espèces peu fréquentes, dont certaines toxiques pour les animaux marins, y a été observée, apportant un élément causal supplémentaire à la vague de mortalité que connaissent les huîtres actuellement. A ce titre, des analyses sont en cours dans d’autres régions pour rechercher l’éventuelle présence de ces organismes.

A noter que la consommation d’huîtres n’est pas concernée par cette mortalité massive, leur absorption demeurant sans risque pour l’homme. Par contre, en terme d’image ce nouveau problème qui frappe la filière ostréicole française n’est pas sans impact, notamment dans une compétition mondiale accrue où la France arrive au 4e rang avec une production annuelle de 130 000 tonnes, derrière la Chine (1ère avec plus de 83 % de la production planétaire), le Japon et la Corée du Sud.

Pascal Farcy
1- Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
smile17
6 août 2008 - 0 h 00 min

si on se rapporte aux mesures de pollution par les métaux lourds (voir un article à ce sujet sur science & vie)les pays d’exportation ci-dessus sont dans la zone rouge ,Quid de la qualité des mollusques et crevettes importées ,elles sont contrôlées bactériologiquement , et pour le reste ? faut « faire confiance »


Diana
7 août 2008 - 0 h 00 min

Comme par hasard, la culture d’huitres diploïdes (OGM stériles) se développe et les autres trépassent!!!


Pascal
8 août 2008 - 0 h 00 min

Attention, les diploïdes sont normales. Les huîtres qui ont vu leur génome modifié sont les triploïdes. Néanmoins, le marché repose à environ 98% sur une seule espèce d’huître : l’huître creuse japonaise (Crassostrea gigas). Si cette huître est très invasive, elle n’a rien d’un OGM, c’est une espèce classique. Par contre l’Ifremer a développé une huître que l’on peut qualifier de transgénique, dans le but de la rendre stérile pour qu’elle soit plus productive. Ces huîtres ne représentent actuellement qu’une très faible partie du cheptel français, les professionnels rechignant à son utilisation. Toutefois, on en trouve chez les poissonniers sous l’appellation « huîtres des quatre saisons ».
En conséquence, en fonction des données actuelles, même s’il est vrai que la stérilité de ces huîtres n’est pas assurée à 100%, à mon sens il très improbable que ces huîtres est une quelconque responsabilité dans les mortalités de cette année.

Pascal



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
68

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS