Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Des bactéries pour protéger la fraise d’une pourriture prématurée
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Des bactéries pour protéger la fraise d’une pourriture prématurée

Menace pour bon nombre de légumes et de fruits tels que les tomates, les courgettes, le raisin ou encore la laitue, celle que l’on surnomme la « pourriture grise » est surtout dévastatrice pour la fraise. Véhiculée par un champignon, dénommé Botrytis cinerea, cette maladie entraîne la pourriture prématurée du fruit, rendu dès lors impropre à la consommation. Elle est extrêmement virulente pendant la période de stockage, particulièrement propice à la propagation du champignon. S’étendant de fruit en fruit, le parasite ravageur est capable de décimer une production entière. Selon l’IRD (1), touchant aussi bien le pourtour méditerranéen et les Etats-Unis que le Mexique et l’Asie, cette moisissure peut entraîner des pertes allant jusqu’à 25% des récoltes mondiales de fraises non traitées.


A l’heure actuelle, seules des formules fongicides synthétiques sont disponibles pour lutter contre ce fléau. Or, outre leur nocivité avérée pour l’environnement et pour la santé humaine, ces pesticides ont perdu une grande part de leur efficacité face au développement de souches résistantes du parasite.

Atout écologique comme économique, une alternative biologique existe pourtant. En effet, des bactéries du genre Bacillus (2), vivant dans des milieux très salés, seraient capables de réduire d’au moins 50% , voire d’éradiquer, la pourriture grise. Déjà testés sur des plants de fraisiers, ces agents biologiques n’avaient pas, jusqu’à présent, démontré leur efficacité au cours de l’entreposage. C’est désormais chose faite, une équipe de chercheurs de la Faculté des Sciences de Tunis ayant expérimenté, de 2006 à 2008, une application commerciale de cette méthode durant trois saisons dans les entrepôts de fraises de la région du Cap-Bon, au Nord-Est de la Tunisie. En comparaison tant des fruits non traités que des produits soumis aux traitements chimiques, les fraises cobayes ont montré une réduction significative du phénomène de moisissure. Grâce à l’alternative biologique, une grande partie des récoltes a ainsi pu être épargnée.

Pour l’heure, les recherches se poursuivent, avec le soutien de l’IRD, en vue de l’homologation et de la commercialisation de ce composé alternatif, produit à base de bactéries résistantes à la pourriture grise.

Cécile Cassier
Photo © IRD / Michel Jégu (vignette © Université de Tunis / Zadfi Zouaoui

1- Institut de Recherche pour le Développement.

2- Bacillus subtilis et Bacillus pumilus

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
patou
4 juillet 2009 - 0 h 00 min

Que devient cette bactérie lorsqu’elle est livrée à elle même , et part deans la nature??est-elle toxique pour l’homme ou les animaux??
Sinon l’alternative est bonne ..



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
177

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS