Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Des agneaux infectés par la vache folle via du lait contaminé
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Des agneaux infectés par la vache folle via du lait contaminé

S’il a marqué les esprits, le dossier dévolu à la maladie dite de la ‘vache folle’, de son appellation scientifique « encéphalopathie spongiforme bovine » (ESB), ne semble pas près de se clore. Après avoir généré la mise en place d’un important dispositif de surveillance, cette maladie neurodégénérative continue d’interpeller les scientifiques soucieux d’améliorer leurs connaissances sur les modes de transmission de cette infection, afin de mieux cerner les risques réels pour la santé humaine.

Intégrant la catégorie des « encéphalopathies spongiformes transmissibles » (EST) qui s’attaquent au système nerveux central, l’ESB peut prendre des appellations autres selon l’animal qu’elle affecte. Ainsi, si l’on parle de vache folle pour désigner l’EST qui frappe les bovins, on parlera plutôt de « tremblante » dans le cas de moutons ou de chèvres.

Bien que l’on soit en mesure de détecter la présence de ces maladies mortelles grâce à l’observation de protéines anormales chez les individus infectés, on dispose de beaucoup moins d’informations quant à la manière dont elles se contractent. En 2006, des groupes d’experts, notamment en Angleterre, avaient soutenu l’hypothèse selon laquelle les bovins atteints de la vache folle auraient pu être contaminés via une nourriture réalisée à partir de produits renfermant des protéines de ruminants (bovins, ovins, caprins…). Mais si jusqu’alors aucune preuve sérieuse n’avait pu être avancée, une récente étude communiquée par l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) vient de changer la donne. En effet, les travaux d’un scientifique britannique, publiés en avril dernier, ont démontré que l’agent de la tremblante classique avait été transmis à des agneaux nourris avec du lait de brebis infectées. Une étude française, actuellement en cours de publication, est venue confirmer les résultats observés.

Au regard de ces nouvelles données et bien qu’elle ait déjà émis certaines recommandations, notamment quant à la gestion des carcasses des troupeaux touchés, l’AFSSA invite à n’utiliser jusqu’à nouvel ordre que le lait et le colostrum (1) produits au sein du troupeau. Elle prévoit également de suspendre la commercialisation du lait et du colostrum pour l’alimentation des ruminants en général.

Concernant les risques pour la santé humaine, l’agence recommande l’interdiction de la commercialisation des produits laitiers destinés à l’alimentation humaine et issus de troupeaux ovins ou caprins suspects d’infection jusqu’à ce que tout risque ait été écarté. La vigilance est d’autant plus de mise que les brebis laitières peuvent incuber la tremblante classique et porter les agents responsables de cette EST sans qu’elles ne présentent le moindre symptôme et semblent saines en apparence.

Rejoignant les conclusions rendues par l’AFSSA et émettant des réserves similaires, l’EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) rappelle néanmoins que le risque d’exposition à l’homme doit être relativisé, la tremblante classique étant une maladie animale et n’ayant pas prouvé jusqu’à aujourd’hui qu’elle soit transmissible à l’homme. Elle appelle à la poursuite des études déjà menées afin d’évaluer le risque d’exposition via le lait, tout particulièrement en ce qui concerne l’ESB. Une précaution judicieuse alors qu’à l’heure actuelle l’agent de la vache folle (ou ESB) est le seul agent EST identifié comme pouvant être transmis à l’homme depuis l’animal infecté.

Cécile Cassier
1- Le terme de colostrum renvoie au lait sécrété par les mammifères femelles en fin de gestation ainsi qu’au cours des premiers jours suivant la mise bas.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
62

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS