Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Dégradation des terres et croissance démographique : l’impasse alimentaire ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Dégradation des terres et croissance démographique : l’impasse alimentaire ?

Intitulé « L’Etat des ressources mondiales en terres et en eau pour l’alimentation et l’agriculture », un nouveau rapport de la FAO (1) alerte une fois encore sur le défi agricole soulevé par les 9 milliards d’habitants à nourrir, attendus d’ici 2050. Si la production vivrière a connu une forte croissance au cours des 50 dernières années, elle s’est détériorée en terme de qualité, soumise à des systèmes d’exploitation intensifs. Entre 1961 et 2009, alors que les terres cultivées de la planète ont augmenté de 12 %, le boom des rendements des principales cultures a permis à la production agricole de croître de 150 %. Mais cette envolée a un prix à payer. A l’heure actuelle, un quart des ressources en terres mondiales sont dans « un état de dégradation extrême », 8 % sont « modérément dégradées », 36 % sont « stables ou légèrement dégradées » et « 10 % sont en cours de bonification ».

De multiples pressions s’exercent désormais sur les quelque 1,6 milliard d’hectares des terres à vocation agricole, lesquelles comptent parmi les plus productives de la planète. Elles doivent composer avec la non durabilité de certaines pratiques agricoles et leur impact sur la qualité des sols, l’accroissement démographique, les changements climatiques, les pénuries d’eau, la salinisation et la pollution de l’eau etc. Cet « effritement progressif de la capacité productive » s’observe dès à présent. De fait, selon le rapport, le ralentissement des taux de croissance agricole dans de nombreux secteurs est un signe avant-coureur de cette non durabilité.

Symptomatique de cette saturation, se dessine un déséquilibre croissant entre l’offre et la demande de ressources en terres et en eau, aux niveaux locaux et nationaux. En effet, comme le souligne le rapport, « Le nombre de zones atteignant les limites de leur capacité de production augmente rapidement ». La dégradation des terres touche ainsi tous les continents, et notamment la côte ouest des Amériques, le Bassin méditerranéen d’Europe du Sud et d’Afrique du Nord, le Sahel et la Corne de l’Afrique ainsi que la plupart des régions asiatiques.     

Selon la FAO, pour faire face à la croissance démographique et à la hausse des revenus à l’horizon 2050, il faudra accroître de 70 % la production vivrière mondiale. Cela représente un milliard de tonnes de céréales et 200 millions de tonnes de produits de l’élevage supplémentaires chaque année.

Cécile Cassier
1- Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 29 novembre 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
thylacine
1 décembre 2011 - 0 h 00 min

Ce genre de considérations ouvre un boulevard aux OGM (voir l’article sur ce sujet). Puisque nourrir les 9 milliards de bouches est une priorité des priorités (qui dira le contraire?), il FAUT donc augmenter la production coûte que coûte, et donc continuer le délire technologique sans état d’âme (sans morale), et le sac des écosystèmes naturels à notre profit. C’est exactement le même problème que la dette des états (qui n’est qu’un autre aspect du problème que nous évoquons ici): c’est une fuite en avant, dont nous ne pourrons pas nous échapper. Ce n’est pas vraiment une impasse: c’est ce qui se produit en permanence dans les écosystèmes depuis que la vie existe. Une population acquiert un potentiel compétitif élevé, elle explose, évince les autres espèces, mais forcément atteint un jour des limites. Quand je dis un jour, c’est une image: en fait les problèmes de capacité du milieu arrivent très progressivement, et s’intensifient régulièrement, des problèmes de compétition interne à l’espèce, de co-évolution des parasites et des compétiteurs, de santé, des troubles de comportements, etc… Nous sommes déjà bien dedans: il suffit d’allumer sa télé…


Bens
1 décembre 2011 - 0 h 00 min

+1 !

Viser l’autonomie des communautés locales (entendez leur non-dépendance aux multinationales et pouvoirs étrangers) est la voie du bon sens.

« Donnez (ou plutôt « vendez ») du poisson à qq’un, il mangera un jour. Apprenez-lui à pêcher il mangera toute sa vie ».
Plus que jamais.


viv
1 décembre 2011 - 0 h 00 min

Nous avons la solution pour nourrir des milliards d’êtres humains … en mangeant des protéines végétales.
Avec la même surface de terre, on peut nourrir près de 10 fois plus de personnes en alimentation végétale par rapport à la viande.
Nous savons aussi que l’alimentation carnée est à l’origine de : déforestation, pollutions, gaspillage de terre et d’eau.
LA SOLUTION EXISTE encore faut-il l’admettre comme incontournable lorsqu’on se veut écologiste.


nicolekretchmann
3 décembre 2011 - 0 h 00 min

permettez-moi de rappeler que 70 % des terres « vivrières » sont réservées pour nourrir les animaux destinés à l’abattoir…
La solution : que ces terres soient réservées aux humains et tous boiront à leur soif et mangeront à leur faim. De surcroît, ils ne pataugeront plus dans le sang des animaux massacrés et renoueront avec la santé !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
63

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS