Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Chasse en Ariège, le préfet pro chasse rappelé à l’ordre
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Chasse en Ariège, le préfet pro chasse rappelé à l’ordre

L’affaire a débuté le 10 juin dernier par un arrêté préfectoral visant à définir l’exercice de la chasse en Ariège, pour la saison 2009-2010. A l’inverse de la tendance actuelle, qui voit nombre d’arrêtés commencer à prendre en compte les spécificités locales, le préfet de l’Ariège n’avait pas jugé bon d’intégrer des mesures pour préserver les gallinacés sauvages, que sont le grand tétras et le lagopède alpin, ainsi que l’ours. Pour cette raison, le comité écologique ariégeois a attaqué cette décision au tribunal administratif de Toulouse, lequel a suspendu mi-septembre la chasse des deux gallinacés et demandé au représentant de l’Etat de définir des mesures de protection de l’ours dans le délai d’un mois, sans toutefois suspendre la possibilité de chasse en battue.

Cette injonction va imposer au préfet de recenser les espaces les plus susceptibles d’être fréquentés régulièrement par les ours, pour les soustraire des zones de battues. Par ce biais, le risque de confrontation ours/chasseurs devrait se trouver considérablement réduit et permettre d’éviter des accidents comme par le passé. Pour les deux gallinacés précités, si le jugement sur le fond reste à venir, la chute de leurs effectifs avec une diminution d’au moins 30 %, entre 1995 et 2009, dans le piémont central et dans la haute chaîne centrale des Pyrénées, dont relève l’Ariège, a été l’élément déterminant. Même si la chasse n’est qu’un des problèmes auxquels doivent faire face ces espèces, leur survie locale étant menacée, la suspension de leur chasse apparaît légitime.

Si le comité écologique ariégeois peut se féliciter en soulignant que ‘Enfin la situation de ces espèces est prise au sérieux. Le juge administratif a pris conscience de l’enjeu au contraire de la préfecture de l’Ariège et de la fédération départementale de la chasse’, les chasseurs locaux ont évidemment un sentiment inverse malgré les efforts de la préfecture. En effet, le préfet, Jacques Billant, avait signé le 15 septembre un nouvel arrêté précisant les prélèvements maximaux par chasseur, pour le grand tétras, le lagopède alpin et la perdrix grise de montagne (un coq grand tétras, six lagopèdes alpins, vingt perdrix grises de montagne). Suite à la décision de justice, ce nouvel arrêté n’aura été en fait qu’un ultime baroud d’honneur préfectoral, le représentant local de l’Etat prenant acte de la décision du juge et de sa confirmation apportée le 29 septembre. De leur côté, les chasseurs ne l’entendent pas ainsi, considérant leur droit à chasser remis en cause, ils le feront savoir en manifestant samedi à Foix, avec l’appui des deux députés ariégeois (1) qui se sont empressés de leur apporter leur soutien.

Pascal Farcy
1- Frédérique Massat et Henri Nayrou, respectivement député PS de la première et seconde circonscription d’Ariège.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 01 octobre 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
3 octobre 2009 - 0 h 00 min

Le droit de chasse doit être remis en cause. Au nom de quoi les animaux sauvages sont-ils la propriété d’un groupe déterminé ? Qu’on arrête aussi de nous faire croire qu’il est nécessaire de réguler les populations d’animaux pour prévenir certains « dégâts ». Les plus gros dégâts faits à la nature sont d’origine humaine. De plus les armes à feu sont dangereuses et meurtrières même pour l’homme.


pinocchio
3 octobre 2009 - 0 h 00 min

A quand le droit de chasser les cons. Et là, il n’y aura pas besoin de quotas, la ressource est inépuisable.


taiga
4 octobre 2009 - 0 h 00 min

1/ Occuper un poste à responsabilité (comme préfet..) ne donne aucunement des droits, des passe-droits ou du « pouvoir » mais bien des responsabilités et des devoirs. Beaucoup l’oublient.
2/comme je ne crois pas que ces chasseurs meurent de faim et doivent nourrir leur famille avec la chair des animaux qu’ils massacrent, j’estime qu’ils n’ont pas le droit de mort et de souffrance sur les espèces animales. Rien ne peut justifier que l’envie de tuer prédomine sur le droit à la vie des animaux . Ces vieilles traditions barbares et matamoresques sont obsolètes, elles doivent disparaître. Les animaux n’appartiennent pas à l’homme.


at225
4 octobre 2009 - 0 h 00 min

les politiques qu’il soient de droite ou de gauche n’ont aucun sens moral;la seule chose qui compte c’est la pêche aux voix; voyez l’Ump qui pour quelques voix de plus fait un accord avec l’association des chasseurs qui regroupe des gens pour qui l’objectif est de tuer soit disant pour réguler;comme si la nature,pour réguler, avait attendu le chasseur du 21ème siècle armé de son fusil à lunette, de son portable, de ses chiens et mut naturellement par son 4*4 qui l’amène rapidement là ou il peut tuer sans coup férir
c’est désespérant


dieselstop
4 octobre 2009 - 0 h 00 min

Les demeurés en tenue de combat se prétendent d’indispensables régulateurs de la NATURE!!!! Qui les régule eux? Je propose donc que leur destruction soit autorisée sur tout le territoire avec les mêmes moyens et le même soutien des élus (irresponsables?)Bien sûr,Messieurs les préfets décideront des dates de chasse, déterrage, piégeage, empoisonnement, battues, etc…


taiga
12 octobre 2009 - 0 h 00 min

Chasseur = hasbeen.Marre de la chasse, marre des fusils, marre des massacres, marre des fausses justifications de régulation des populations animales. Combien de cervidés, sangliers? loutres, renards,loups, ours, ratons laveurs…?? par rapport aux milliers de bipèdes en 4X4, arborant fièrement un fusil? ils nous massacrent les oreilles le week-end, à chaque coup de feu nous sursautons, Ces fanatiques de la gachette s’accaparent les forêts nous interdisent les promenades en lisière de bois!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
79

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS