Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Cacophonie gouvernementale sur les OGM
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Cacophonie gouvernementale sur les OGM

La parution d’un article du Monde, citant le ministre de l’écologie comme favorable à un gel des cultures commerciales d’OGM, a créé une belle cacophonie gouvernementale sur le sujet. Ainsi, le lendemain, le porte-parole du gouvernement, Laurent Wauquiez, déclarait sur Europe 1 que si la question des semences OGM faisait partie des sujets du Grenelle de l’environnement, ‘Pour l’instant, la décision n’est pas prise’. Dimanche, c’était au tour de Henri Guaino, ‘plume’ et conseiller spécial du président de la République, de noter que ‘la question des OGM est un sujet qu’on ne peut traiter avec désinvolture’, dans un article du Parisien.

Dans ce contexte, après moins d’une heure de travaux, la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) et les professionnels des semences et de la protection des plantes ont quitté la dernière réunion du groupe de travail sur les OGM du Grenelle de l’environnement, laissant les autres participants parvenir à un certain consensus pour l’élaboration d’une future loi OGM. Ainsi, selon la fédération France Nature Environnement, le groupe s’est mis d’accord pour :

- reconnaître qu’il n’y a pas d’évaluation rigoureuse aujourd’hui, ni du risque ni de l’intérêt des OGM,

- demander la mise en place d’une haute autorité d’évaluation du risque et de l’intérêt, 100 % indépendante et pluri-disciplinaire,

- rendre obligatoire l’assurance des cultures OGM, avec la possibilité d’engager la responsabilité des producteurs d’OGM.

Alors que la première étape de la préparation du Grenelle était close pour les OGM, le ministre de l’écologie s’est efforcé de dédramatiser l’affaire. Il a ainsi affirmé sur la chaîne LCI ne pas avoir fait de déclaration au journal Le Monde mais, par contre, s’être forgé une ‘conviction personnelle très forte’, tout en restant ‘prêt encore à en débattre’. Cela dit, quoi qu’il arrive, selon Jean-Louis Borloo, une loi va être instaurée pour encadrer les OGM, déterminer ‘la responsabilité de chacun’ et instituer une Haute autorité chargée de l’expertise des produits.

Au-delà de ces petites phrases politiques, la Commission européenne s’est également invitée dans le débat en rappelant vendredi que la législation européenne n’autorisait pas un Etat ou une région à ‘geler’ la culture d’OGM. Une déclaration à relativiser, puisque l’Allemagne a interdit le maïs MON810, de Monsanto, sur son territoire en s’appuyant sur une directive (1) qui permet à tout Etat membre d’activer la clause de sauvegarde et donc d’interdire à titre provisoire, l’utilisation et/ou la vente d’un OGM.

Alex Belvoit
1- Directive européenne 2001/18

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
longuy
30 septembre 2007 - 0 h 00 min

il faut faire comme l’allemagne, interdire les ogm et responsabiliser officiellement les semenciers et les agriculteurs qui ont fait semé ou semé des ogm pour tout risque dans les années à venir


Chicha
1 octobre 2007 - 0 h 00 min

… l’Europe impose ses lois, basée sur le profit. Nos agriculteurs deviennent des industriels. Ils ne réfléchissent plus. Les consommateurs veulent aussi des produits bon marché. Les plantes et les animaux sont des produits qui doivent rapporter, même si cela coûte à l’environnement et aux valeurs humaines.
Pour décourager les OGM, l’Autriche, grâce à ses « petits » champs, a imposé aux OGM une distance de min. 500m. d’un autre champ sans OGM. Résultat: une surface cultivable bien trop petite et donc, non rentable.


celine marchand
1 octobre 2007 - 0 h 00 min

Bonjour,

Vous concluez votre article en indiquant que l’interdiction de la Cour européenne est à relativiser car l’Allemagne a pu interdire le maïs MON810 grâce à la clause de sauvegarde de la directive 2001/18.

En réalité, la clause de sauvegarde (article 23 de la directive) ne permet que de revenir sur des autorisations de culture et de commercialisation données pour des OGM déterminés, et encore à certaines conditions seulement (qu’il serait trop long de détailler).

La clause de sauvegarde ne permet en aucun cas à un Etat d’interdire les OGM de façon générale. En l’état actuel du droit européen, un état ne peut donc, de son propre chef, décider qu’il va interdire la culture (et surtout la vente) d’OGM.

Pour être précise, la directive précise même qu’elle interdit aux Etat de restreindre la vente sur son territoire d’un OGM qui a été autorisé en Europe.

Bien cordialement,

Céline Marchand



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
22

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS