Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Braconnage du Bruant ortolan : appâter l’oiseau pour l’appât du gain
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Braconnage du Bruant ortolan : appâter l’oiseau pour l’appât du gain

Le 29 août dernier, des équipes de la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) Aquitaine constataient à même le terrain la présence de pièges destinés à la capture du Bruant ortolan, oiseau migrateur bénéficiant pourtant du statut d’espèce protégée. De fait, chaque année, en région Aquitaine, 30 000 à 50 000 Bruants ortolans sont capturés de la mi-août à fin septembre. Les braconniers attirent leurs proies vers des pièges appelés « matoles », grâce à des « appelants », à savoir des Bruants ortolans vivants, maintenus dans de petites cages et dont les cris attirent les congénères sauvages. D’après la LPO, cela représenterait l’équivalent des populations nicheuses du Benelux, de l’Allemagne, du Danemark, de la Tchéquie, de l’Autriche et de la Slovaquie réunis.

En France, ce braconnage continue d’être toléré malgré une chute de 30 % de sa population depuis dix ans. Attestant de ce laxisme, seuls huit procès verbaux furent dressés l’année passée alors que l’on estime à 1200 le nombre de braconniers sévissant sur le terrain. En outre, contredisant l’engagement de Chantal Jouanno d’une tolérance zéro, un accord aurait été passé entre le Ministère de l’Ecologie et les braconniers, autorisant ces derniers à recourir cette année à cinq appelants et à trente matoles par installation.

Bien que se réclamant d’une tradition consistant à capturer ces oiseaux au moment de leur migration automnale, le braconnage du Bruant ortolan représente surtout une activité ô combien lucrative pour les braconniers. En effet, une fois capturés, les oiseaux sont mis en cage et engraissés « à l’extrême » chez des engraisseurs spécialisés. Les animaux seront ensuite vendus à de grands restaurateurs, installés de Paris à New York, la valeur marchande clandestine d’un Bruant ortolan s’échelonnant de 100 à 150 euros.

Pour mettre fin à ce juteux marché parallèle, la LPO appelle le gouvernement français à prendre ses responsabilités et à veiller au bon respect de la législation en vigueur.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
marseille42
9 septembre 2010 - 0 h 00 min

« Radix malorum est cupiditas ». La cupidité est la racine du mal, la mère de tous les maux. Toutes les espèces animales et végétales plus ou moins « rentables » sont en train d’en crever. Et avant la fin, ce sera notre tour. « Après moi, le déluge » disait un roi de France peu avant la Révolution de 1789. Après notre génération -qui est déjà bien mûre- notre éradication.


cuicui
9 septembre 2010 - 0 h 00 min

Quand on lit cet article on est surpris du revenu potentiel de cette activité.ON comprend que ces « chasseurs  » tiennent à leur gagne pain.Cela peut donner des idées à certains .Evitons de parler de cet aspect de la chose. Merci pour les ortolans…..


Tavott
12 septembre 2010 - 0 h 00 min

cuicui, je suis chasseur et je ne cautionne pas ce type d’ action qui est hors la Loi.
Ne pas mettre tout le monde dans le même panier, chacun de nous traîne ses « boulets », et tout  » hors la Loi  » est un délinquant  » y compris le destructeur de preuve ( les matoles ).
Quand aux chiffres enlevez un zéro ce sera plus juste !
Exact marseille42 !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
47

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS