Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Basse manœuvre pour faire tomber le moratoire sur le maïs OGM ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Basse manœuvre pour faire tomber le moratoire sur le maïs OGM ?

Il y a un an, en février 2008, la France votait un moratoire sur la culture commerciale des maïs MON810 de Monsanto. Pour permettre l’adoption de ce moratoire, en recourant à la clause de sauvegarde qui permet aux Etats de s’affranchir des possibilités de culture d’un OGM autorisé au niveau européen, le Président de la république s’était appuyé sur le rapport présenté par le professeur Le Maho (1), à l’époque. Dans ce document, la durée et l’amplitude des tests toxicologiques des OGM étaient jugées insuffisantes, tandis que l’absence de test sur le long terme (2 ans chez le rat), pour la recherche de potentiels effets cancérigènes était dénoncée (2). Dans ces conditions, le rapport Le Maho soulignait que le principe de précaution devait prévaloir, d’autant que des risques jugés sérieux pour l’environnement avaient également été notés.

Or, sur la base des documents présentés par les autorités françaises pour défendre cette position, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (AESA) a remis, le 31 octobre dernier, un avis considérant qu’aucune donnée scientifique nouvelle ne remettait en cause l’innocuité du MON810. Forte de cet avis, la Commission européenne entend obliger la France à lever son moratoire, à ce titre le Comité permanent de la chaîne alimentaire en discutera le 16 février 2009.

C’est dans ce cadre que le journal Le Figaro vient de ‘lancer un pavé dans la mare’, en rendant public, avant sa publication (prévue le 20 février 2009), un nouveau rapport de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments qui considère que l’étude de Le Maho n’apporte aucun élément nouveau susceptible de remettre en cause la sécurité sanitaire des maïs MON810. En effet, sans publicité, l’AFSSA a été saisie par la Direction Générale de la Santé, en septembre 2008, pour effectuer une expertise des aspects strictement alimentaire de ce rapport. La conclusion de l’agence est sans ambiguïté, ‘les maïs MON810 et leurs produits dérivés présentent le même niveau de sécurité sanitaire que les variétés de maïs conventionnelles et leurs produits dérivés’.

Face au tollé suscité par cette révélation, 4 jours avant la réunion appelée à se prononcer sur la viabilité du moratoire français, Pascale Briand, la directrice générale de l’AFSSA a décidé de rendre prématurément publique son expertise du rapport Le Maho, tout en rappelant que son agence ne s’est jamais prononcée sur les risques environnementaux, lesquels ne relèvent pas de sa mission. Quoi qu’il en soit, alors que la saison des semis approche, on peut s’interroger sur l’aspect purement journalistique d’une telle révélation… laquelle apporte un peu plus de crédit aux tenants de la tombée du moratoire.

Cela dit, ce lundi, si les experts européens ne parviennent pas à une décision (via un vote à la majorité qualifiée, au prorata de la population des Etats) sur la levée des moratoires français et grecs (3), la décision reposera sur le conseil des ministres de l’environnement de l’UE en juin prochain. Enfin, si ces derniers ne parvenaient pas une position commune, le dernier mot reviendrait à la Commission européenne, laquelle imposerait aux 2 pays de lever leur moratoire.

Pascal Farcy
1- Chercheur du CNRS (Centre national de la recherche scientifique), le Pr le Maho était également membre du Comité de Préfiguration de la Haute Autorité sur les OGM (CPHA).

2- A ce titre, il est intéressant de rappeler que le 20 octobre dernier, le conseil des ministres européens de l’environnement a unanimement décidé le renforcement de l’évaluation environnementale des plantes génétiquement modifiées. Dans la continuité de cette décision, le 4 décembre, le même conseil se prononçait pour imposer à l’AESA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) d’inclure, avant mars 2010, une évaluation détaillée des effets à long terme des plantes transgéniques.

3- La Grèce a également pris un moratoire sur le maïs MON810. A noter que l’Autriche et la Hongrie sont en une situation similaire à la France et à la Grèce, suite à l’activation de la clause de sauvegarde pour interdire le maïs MON810 de Monsanto. Néanmoins, dans leur cas, les experts européens n’ont pas réussi à se mettre d’accord, et leur sort repose dorénavant sur le conseil des ministres de l’agriculture du 2 mars prochain.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
thylacine
15 février 2009 - 0 h 00 min

cf sujet précédent sur les peupliers belges…

En fait tout ce qui vient de Monsanto devrait être boycotté d’office, et sans discussion. Je crois qu’on sait maintenant à quoi s’en tenir vis à vis de cette clique d’empoisonneurs…


Evidence
15 février 2009 - 0 h 00 min

Mme Pascale Briand, la directrice générale de l’AFSSA sera responsable devant la loi et nos enfants de sa déclaration sur l’innocuité des OGM sur la santé humaine. Ce qui est bizarre est qu’elle se défausse dèjà des conséquences sur les aspects environnementaux.
Nous ne l’oublierons pas…

De la dioxine aux OGM, Monsanto, une multinationale qui vous veux du bien.

Lisez sans tarder « Le monde selon Monsanto » de Marie-Monique ROBIN Chez ARTE Editions La Découverte ISBN 978-2-7071-4918-3


claude reboul
15 février 2009 - 0 h 00 min

Une fois de plus Monsanto essaie de refourguer son maïs. Quand à l’AFSSA, elle n’a jamais été un organisme créé pour défendre la malbouffe est autres fariboles des multinationales de l’agro-alimentaire et ceux qui gravitent autour, les laboratoire pharmaceutiques. Dans le quotidien « La Montagne » du 13 février 2009,un article dithyrambique vantait les recherches sur les OGM vertueuses de Limagrain en Auvergne, 4ème groupe mondial semencier dont ses dirigeants espèrent surclasser Monsanto et passer N°1 à sa place. Daniel Chéron directeur de Limagrain indique que le métier de semencier porte sur « l’amélioration des plantes ». Il précise que tous les efforts de recherches sont déployés pour « comprendre le génome des plantes ». Il ajoute devant un parterre d’étudiants, qu’avec les OGM, « scientifiquement, il n’y a aucun risque ». Cette année, 120 millions sont consacrés à la recherche et au développement.
Je me demande encore pourquoi, toutes ces sociétés n’ont pas encore investi massivement dans les Pompes Funèbres. L’avenir est là.


musico
15 février 2009 - 0 h 00 min

Même si les OGM n’étaient pas dangereux pour l’homme en tant qu’aliment, leur culture l’est pour la planette irréversiblement! Tant que nous seront gouvernés par des irresponsables on ne s’en sortira pas ! Monsanto nous tien par les couilles, parceque le gouvernement n’en n’a pas !


apiculteur
15 février 2009 - 0 h 00 min

Sans prendre la défense de l’AFSSA, je trouve les média un peu trop catégorique au sujet de cette prétendue déclaration d’inocuité.
exemple, par une citation extraite en copier-coller du rapport :
« Considérant qu’il convient de noter que ces données (résultats de dégradation, digestion in vitro des protéines et comparaison de séquences) ne suffisent pas, pour autant, à conclure de façon certaine à l’absence d’un potentiel toxique et allergénique … »
Est-ce ce genre de phrases qui permettent de conclure que ce maïs ne présente aucun danger ?

D’autre part les méthodes sont différentes puisque Le Maho estime nécessaire une expérimentation sur 2 ans quand l’AFSSA s’appuie sur une expérimentation de 90 jours environ si j’ai bien compris tout ce que j’ai lu dans le rapport.
@+


tergam
15 février 2009 - 0 h 00 min

Il y a a peu pres un mois un article sur le journal Ouest France faisait etat d’un rapport établi par un organisme officel d’Autriche metant en cause la dangerosité de ce mais avec ses conséquences sur les souris.Je nai pas gardé l’article et vais essayer de le demander au journal.Mais il me semble qu’il y a d’autres voies pour le trouver et d’en faire publicité.


logikécolo
16 février 2009 - 0 h 00 min

Puisque toutes ces personnes vivent sur la vente de produits auxquels on ne maîtrise pas les effets (ou on ne veut pas voir), dès l’instant où le doute existe et que la commercialisation est tout de même autorisée (OGM ou autre), pourquoi ne pas inventer une caisse noir, caisse de secours « une taxe conséquente sur leur Chiffre d’affaire? et cette réserve servirait à payer la santé des Humains qui auront manger leur produit mêmes si les effets seront visibles plus tard (on en voit déjà Parkinson, Alzeimer pour les insecticides)… Ce n’est pas aux contribuables, ou les plus pauvres, ou ceux dans l’ignorance de payer encore ce manque d’anticipation dans le temps. Moyen de se sentir impliquer dans les inventions? Mauvais compromis? Moyen dissuasif?……………………


matoukin
16 février 2009 - 0 h 00 min

Je suis atterrée et extrêmement triste de voir que la cause des enfants du monde et de notre santé actuelle et future sont tenus pour quantité négligeable. Ah! oui, MONSANTO le vampire doit se frotter les mains, il peut continuer à répandre ses maîs et autres OGM pestilentiels à travers le monde, il ne trouve personne d’assez puissant pour lui barrer le passage. Est-ce qu’un de nos dirigeants aura un jour assez d’intégrité et de sagesse pour écouter le bon sens qui s’exprime aussi fort qu’il le peut (à travers un certain nombre de recherches et d’expériences dont vous avez fait état)pour taper du poing sur la table et dire: »STOP! nous ne voulons plus de ces saletés! place aux produits sains et biologiques, et liberté de planter des graines anciennes et traditionnelles! »
Lisez, oui, lisez et faites lire: »Le monde selon Monsanto »!!!!!!


ladydidi
16 février 2009 - 0 h 00 min

… je doute! Car n’est-ce pas l’AFFSA qui par le passé (récent) a affirmé l’innocuité absolue de produits manufacturés par des entreprises qui salariaient directement ou indirectement les experts qu’elle avait retenu pour en juger.
Elle l’a d’ailleurs reconnu, un peu contrainte et forcée, il est vrais…
La France est reconnue par Transparency Int. comme l’un des pays d’Europes où tout s’achète (après l’Italie, avant la Roumanie !). Les lobbys non déclarés y sont libres de leurs mouvements, et y approchent plus facilement les hommes utiles à leurs intérêts.
A quand une obligation sévère (avec sanctions si dissimulation) de déclaration d’intérêts de la part des scientifiques qui réalisent les études que nous tous payons avec nos impôts ?


lea
16 février 2009 - 0 h 00 min

OGM semences de destruction- L’arme de la faim
Sorti le 15 septembre 2008, préfacé par José Bové.
“Si tu ne t’occupes pas de la politique, elle s’occupera de toi…“
Le lien suivant, c’est l’article concernant le livre.
Pour agir, s’il n’est pas trop tard, il faut savoir, pour savoir, il faut vouloir savoir, oser savoir ce qui touche tout ce à quoi on tient, sa santé, les autres, la nature dont nous ne sommes qu’une modeste partie, mais une partie nuisible; avec le cynisme de classer des espèces animales comme nuisible…
Tout est fait pour que nous ne prenions pas le temps de nous intéresser à l’essentiel, on nous fait courir avec des leurres, arrêtons de prêter le flanc à tous ces nuisibles firmes de toutes sortes, et revenons à des valeurs plus basiques.
Je sais il y a du boulot, après 50 ans d’endoctrinement à croire que le bonheur c’est l’abondance à outrance. Une grande partie de cette abondance, nourriture et objets repart à la poubelle peu de temps après les achats.
http://www.lepost.fr/article/2008/08/30/1254159_ogm-un-projet-eugeniste.html


fée
17 février 2009 - 0 h 00 min

En accord avec les commentaires précédents je
propose aux « intéressés » de jeter un coup d´oeil sur la conférence de Rima laibow sur codex – alimentarius. Mais bien sur la masse ignorante et tenue dans l´ignorance la plus complète ne se doute de rien – du moins pas de ce « génocide planifiè ».



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
31

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS