Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Arrachage de 70 pieds de vignes transgénique en Alsace
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Arrachage de 70 pieds de vignes transgénique en Alsace

Les essais alsaciens de vignes transgéniques, réautorisés en mai dernier, ont été détruits par une soixantaine de faucheurs anti-OGM. Venus de toute la France, ils ont détruit les 70 pieds de cet essai du centre de recherche de l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique), vers 5 heures du matin. Le président du centre a porté plainte, tandis que des faucheurs ont été arrêtés sans heurt par la gendarmerie.

Les ministres du développement durable, de la recherche et de l’agriculture, respectivement, Jean-Louis Borloo, Valérie Pécresse et Bruno Le Maire, se sont déclarés ‘… choqués de cet acte de dégradation scandaleux contre un essai exemplaire qui a su associer scientifiques, organisations professionnelles agricoles, collectivités locales et ONG environnementales’.

Mené en milieu non confiné, l’essai mettait en œuvre des porte-greffes de vigne génétiquement modifiés pour les rendre résistants à la maladie du court-noué (1). Initié en 2005, avant d’être interrompu en septembre 2009, il avait fait l’objet d’un large consensus et faisait montre d’une grande transparence, avec un process global visant à limiter au maximum les risques, que cela soit d’un point de vue sanitaire ou environnemental. Néanmoins, en novembre 2008, un séminaire de l’Agence Nationale de la Recherche avait mis en évidence que le test n’obtenait pas les objectifs visés, tandis que l’INRA reconnaissait alors la nécessité de davantage travailler sur les méthodes alternatives naturelles pour lutter contre la maladie du court-noué.

Pascal Farcy
1- Cette maladie mortelle est présente dans les deux tiers du vignoble français, dont 30 % de façon importante. Elle est due à un virus véhiculé par un nématode (un petit ver) qui survit exclusivement dans les sols et contamine les plants par leurs racines. A ce jour, selon l’INRA, il n’existe ni variétés commercialisables naturellement résistantes au virus, ni méthodes curatives contre la maladie.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 15 août 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
JeanPhir
16 août 2010 - 0 h 00 min

S’agissant de porte-greffe, il est évident que les gènes en cause ne peuvent absolument pas quitter les plants, puisqu’il ne fleurissent pas.
Même si cela n’avait pas été le cas, le pollen de la vigne ne sert pas non plus à produire d’autres plantes, la vigne étant multipliée de manière végétative.
Enfin, il n’est fait état d’aucune substance dangereuse produite éventuellement par ces plants.
Je persiste à penser que les comportements de ces faucheurs est, la plupart du temps, d’une grande stupidité, d’un aveuglement qui n’a d’égal que les ligues anti-avortement, etc. Il y a peu, ils ont détruits des plants de recherche qui n’étaient même pas OGM ! Bref, ils desservent la cause écologique, à l’instar de n’importe quels terroristes, obscurantistes et ignares. Pleinement responsables de leurs actes, j’espère qu’ils seront condamnés lourdement pour leurs actes, à la hauteur de ces dix ans de recherche anéantis.


taiga
16 août 2010 - 0 h 00 min

Mr jeanPhir, vos propos sont franchement sans mesure. Comment pouvez-vous comparer le comportement de ces « faucheurs » à ceux d’anti-avortement ou de terroristes? Qui peut certifier qu’il n’y aura aucun déréglement ou aucune « contamination » ultérieure dans la chaîne alimentaire? Qui peut garantir que les gènes des porte-greffes ne modifieront pas les gènes des greffons, de leurs fleurs et de leur pollen? Je ne suis pas à la hauteur du débat scientifique mais vu les problèmes provoqués par les OGM et au nom du principe de précaution, particulièrement bafoué, le comportement des « faucheurs » n’est pas si incompréhensible. Même si d’autres solutions seraient plus recommandables pour manifester leur opinion, de là à leur souhaiter de fortes condamnations il y a de la marge! Souhaitez-vous aussi de fortes condamnations aux industriels qui dénaturent la nourriture ou aux exploitants qui grugent les animaux d’élevage avec des farines et produits contre nature pour augmenter le rendement sur le vivant?


cuicui
16 août 2010 - 0 h 00 min

O G M ça ne signifie pas grand chose pour l’homme de la rue que je suis.Comment la plante va-t-elle résister aux virus qui l’attaquent.Va-t-elle fabriquer un poison et ce poison risque-t-il de se retrouver dans le raisin avec sa dangerosité eventuelle?? ( ou dans les abeilles qui butinent les fleurs puis dans le miel)
Il faudrait peut ètre donner davantage d’explications sur les effets recherchés, les moyens d’y parvenir et les dommages collateraux possibles éventuellement.
De toute façon je fais confiance à la nature pour corriger « la correction » et je parie que dans quelques années les effets des O G M seront rendus caducs par l’evolution des ennemis combattus.


tseparis
16 août 2010 - 0 h 00 min

Les faucheurs de poison ont eu raison d’arracher ces plants poussant à l’air libre en MILIEU NON CONFINE. Or un véritable essai scientifique se fait toujours en milieu confiné. Et le responsable du centre de nous prendre pour des imbéciles lorsqu’il s’xclame devant les cameras TV que ces recherches étaient destinées à sauver des enfants ! Cette vigne devait-elle produire du vin résistant aux ligues anti-alcooliques ?
En tout cas la contamination à l’air libre en plein terroir alsacien est une provocation novlangue faite au détriment :
1- du principe prioritaire de précaution ;
2- du respect de la propriété des vignobles existants ;
3- de tout esprit scientifique véritable
De plus l’INRA est un service public qui n’a pas à faire financer par des fonds publics des recherches destiner à enrichir des firmes transnationales agro-alimentaires…


Frenchstyle3
17 août 2010 - 0 h 00 min

juste une remarque pour compléter : cet article est assez frustrant de toutes facons , de la plume de l’un des rédacteurs d’Univers – Nature on attendrait un supllément d’information , pas sur les OGM en général , quoiqu’à lire les réactions on se rend compte à quel point le grand public est « désinformé » mais disons que avec un petit effort il est assez simple de s’informer et de comparer (!), non, mais sur le fait que le rédacteur donc appuie ses explications sur la dangerosité de la maladie en question sur des infos transmises par l’Inra au lieu d’aller les chercher comme on le souhaiterait sur ce site chez les vignerons bio , surtout biodynamiques , qui ne manquent pas de ressources !!

A bon entendeur …



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
30

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS