Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Alerte à la famine dans l’Ouest du Tchad
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Alerte à la famine dans l’Ouest du Tchad

Dans un récent communiqué, l’ONU tire la sonnette d’alarme sur la situation critique qui sévit actuellement au Tchad. En effet, les taux de malnutrition ont augmenté de façon inquiétante dans la région de Kanem, située dans l’Ouest de l’Etat africain. En cause, l’enchaînement de périodes de sécheresse extrême dans cette région, de même que l’arrivée tardive des pluies, ont paralysé l’agriculture locale, suscitant des pénuries alimentaires chroniques. Attestant de l’impact climatique sur les cultures, les récoltes de 2009 ont été désastreuses. Représentant les aliments de base de la culture vivrière, les productions de sorgho et de mil ont respectivement baissé d’environ 22 % et 34 %, d’après l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). De plus, de par la carence en produits locaux sur le marché, la majeure partie de la nourriture provient des autres régions du pays, provoquant une flambée des prix alimentaires.

Du fait du manque de végétation, le bétail traverse, lui aussi, une période de disette. Environ 31 % des bêtes de troupeaux de la région ont été décimés en 2009, la FAO redoutant que le nombre de décès augmente encore cette année.

Déjà précaire, cette situation se trouve encore aggravée par l’accès très limité des communautés locales aux soins de santé de base et à l’eau salubre. On estime qu’aujourd’hui près de deux millions de personnes ont besoin d’une aide alimentaire au Tchad, la plupart se concentrant dans la région Ouest du pays.

Pour répondre à l’urgence, le Programme alimentaire mondial (PAM) et la FAO tentent de répondre aux besoins immédiats des populations. Afin d’enrayer le nombre de victimes de la faim, le ministère de la santé tchadien a fait construire des centres d’alimentation thérapeutique, lesquels bénéficient du soutien de l’Unicef pour leur fournir les traitements médicaux et des aliments thérapeutiques tels que le lait pour les nourrissons. En 2009, environ 8 000 enfants ont été admis dans 32 centres d’alimentation dans la région de Kanem.

Mais des solutions de fond voient également le jour. Ainsi, dans le cadre d’un accord de coopération Sud-Sud conclu au siège de la FAO, quinze experts agronomes et techniciens vietnamiens collaboreront pour une durée de deux ans avec le Tchad afin de « mettre en œuvre une série d’activités destinées à améliorer la sécurité alimentaire de ce pays ». Ces activités porteront sur l’irrigation en ce qui concerne la culture du riz et l’horticulture, la pêche artisanale, les possibilités d’augmentation de la production de céréales, l’apiculture et la transformation des aliments. Estimé à deux millions de dollars, le coût global de ces initiatives sera pris en charge par le Tchad grâce à un fonds créé la FAO. Celle-ci s’engage également à fournir son assistance technique.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
31 mars 2010 - 0 h 00 min

Je finis l’article et j’arrive sur la pub « maigrir en mangeant ».
On vit vraiment dans un monde de fous !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
117

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS