Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » 84 % des plantes utilisées pour les biocarburants menacent la biodiversité
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
MSC

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  2. Les voitures les moins polluantes en 2017
  3. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?
  4. Un tout nouvel anti-âge signé Nu Skin
  5. Aquashell, le spécialiste des habitats flottants


Focus Sur
alter-eco
Alter Eco : pour bien manger bio et équitable

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






84 % des plantes utilisées pour les biocarburants menacent la biodiversité

A l’heure où l’Union européenne veut imposer 10 % de biocarburant dans les transports, un nouveau rapport apporte (1) un argument supplémentaire aux opposants à ce projet. En effet, à l’occasion de la conférence sur la biodiversité de Bonn, en Allemagne, le Programme Mondial sur les Espèces Invasives (GISP) a présenté une analyse du niveau de risque, en tant qu’espèce invasive potentielle, de l’ensemble des plantes qui sont actuellement utilisées ou pressenties pour produire des agro-carburants.

Sur les 70 plantes recensées, 59 sont considérées comme envahissantes (elles croissent vite et se multiplient facilement) si elles sont introduites dans de nouveaux habitats, 2 le sont très faiblement tandis que 9 ne présentent pas de risque particulier. Or, selon le GISP, peu de pays ont mis en place des procédures appropriées pour évaluer le risque potentiel, et limiter les dégâts si nécessaire.

Pourtant, pour Sarah Simmons, directrice du GISP, les plantes invasives ‘…sont l’une des principales causes de la perte de biodiversité et constituent une menace pour le bien-être et la santé humaine’. Aussi, le GISP appelle les pays à évaluer les risques avant de se lancer dans la culture de nouvelles variétés et à utiliser des espèces à faible niveau de risque.

Si, une fois de plus, ce sont les pays en développement les plus vulnérables, les Etats-Unis dépensent à eux seuls 120 milliards de dollars par an pour tenter de contrôler et de réparer les dégâts occasionnés par plus de 800 espèces invasives (2).

Parmi les plantes les plus envahissantes, on peut citer la canne de Provence (Arundo donax), une plante herbacée actuellement pressentie pour la production d’agro-carburants. Originaire d’Asie mineure, cette plante est déjà considérée comme invasive sur une partie de l’Amérique du Nord, de l’Amérique centrale et de l’Afrique du Sud. Naturellement inflammable, elle accroît le risque d’incendie, tandis que sa consommation d’eau (2 m3 par plante, pour chaque mètre de croissance – elle atteint rapidement 6 à 7  m de haut) la fait entrer en compétition avec les besoins des populations locales.

Autres exemples : le palmier à huile africain, utilisé pour la production d’huile incorporée dans le diesel, est devenu envahissant naturellement en plusieurs endroits du Brésil, transformant la forêt d’origine, aux écosystèmes très riches et variés, en un champ uniforme de palmiers à huile.

Face à cette menace, Geoffrey Howard, le coordinateur du programme espèces invasives pour l’IUCN (3), déclare ‘Mieux vaut prévenir que guérir… Nous devons stopper les invasions avant même qu’elles ne commencent. L’industrie des biocarburants est encore jeune, il est encore temps d’agir préventivement. Ne laissons pas passer cette opportunité’.

Pascal Farcy
1- Télécharger le rapport, en anglais.

2- Au niveau mondial, on estime que les dommages causés par les espèces invasives représentent 1 400 milliards de dollars par an, soit 5 % de l’économie mondiale.

3- Union Internationale pour la Conservation de la Nature. Cette organisation est à l’origine de la liste rouge des espèces menacées (végétales et animales) au niveau mondial.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
diato35
24 mai 2008 - 0 h 00 min

L’espece la plus envahissante, c’est NOUS.
A quand un OGM Monsanto pour nous éradiquer, car après tout, on passe notre temps à faire des conn… et ensuite à essayer de les réparer (mal car on en créé alors encore plus).
C’est dur à dire, mais le plus simple pour la survie de cette planete serait qu’on en disparaisse!


kjata
26 mai 2008 - 0 h 00 min

C’est clair que l’évolution de la foret,des glaciers et des océans vue du ciel ressemble etrangement à une cellule attaquée par un virus.

Pour revenir à la news, c’est logique de faire une nature à notre image:
comme nos jolis lotissements maison phoenix à perte de vue, pas isolés avec energie renouvelables made in EDF.

L’homme aime quand c’est bien propre, comme le gazon vert fluo bien tondu à ras, ses rosiers bien alignés sur l’allée de la voiture…

bref plantons du colza de partout, comme ça on pourra continuer à rouler seul en ville avec notre 4×4 :)


simon34
29 mai 2008 - 0 h 00 min

Ce qui me gêne avec ce genre de discours, c’est que soit on se flingue, soit on n’est pas cohérent… Pas top comme choix.






à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS