Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » 6 mois de prison avec sursis et 7500 € pour pollution des eaux
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






6 mois de prison avec sursis et 7500 € pour pollution des eaux

La Bretagne n’est pas réputée pour la qualité de ses eaux, sa première position en terme d’élevage de porc et de volaille en étant la cause essentielle. Si les autorités ont longtemps fermé les yeux, la pression des instances européennes pour parvenir au bon état écologique des eaux d’ici 2015 et la menace d’une amende record semble faire évoluer un peu les choses.

C’est dans ce climat, que le président du marché du porc breton a été condamné jeudi dernier à Morlaix (Finistère) à six mois de prison avec sursis et 7 500 euros d’amende, pour pollution des eaux par déversement accidentel d’effluents de lisier.

 

Pour Jean-Claude Bévillard, en charge des questions agricoles et forestières à France Nature Environnement, cette affaire montre que ‘…les mesures partielles, comme la mise en place de stations de traitement de lisier, conduisent à l’impasse. Seule une diminution du cheptel est susceptible de résorber les excédents d’azote qui détériorent gravement presque l’ensemble des rivières et des eaux souterraines françaises’. Pour y parvenir, FNE considère qu’une remise en question profonde des modèles agricoles actuels est nécessaire, avec notamment une réorientation des modalités d’attribution des aides de la Politique Agricole Commune.

Alex Belvoit

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 07 octobre 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lmdhara
10 octobre 2007 - 0 h 00 min

Ras le bol d’entendre toujours les mêmes conneries au sujet de la pollution par les nitrates !
Oui, les éleveurs polluent et il y en a quelques uns parmi les responsables professionnels qui méritent d’être remis en place car ils se croient intouchables vu leur position. Cette condamnation est donc la bienvenue.
Mais la principale pollution de la Bretagne est due à l’emploi d’engrais azotés de synthèse par les maraichers pour la production de choux fleurs et d’artichauts (également dans une moindre mesure pour le maïs fourrage).
Il est aberrant que l’on limite seulement les apports d’azote organique des fumiers et lisiers (la forme la moins polluante)alors qu’aucune contrainte n’est appliquée aux cultivateurs de légumes qui peuvent apporter 3 ou 4 fois les doses maxi sous forme minérale très soluble (et très polluante) sans être inquiétés ! Mais si on incluait les engrais azotés (rappelez-vous AZF ?)dans la dose maxi d’azote annuelle par hectare, à qui cela ferait-il du tort ? Aux grandes unités de l’agro-chimie qui siègent de droit à la Commission de Bruxelles…
Par ailleurs fixer arbitrairement une dose de 170 unités annuelles en moyenne sur tous les hectares est aussi une aberration. Les terres nues ne supportent même pas une centaine d’unités d’azote, alors qu’une prairie temporaire de plus de 4 ans peut supporter plus de 300 unités annuelles sans aucun lessivage! Il y a là aussi le lobby des cultivateurs de maïs qui est passé par Bruxelles et si les lois sont très favorables à l’agriculture intensive utilisatrice de maïs (et d’engrais et pesticides vendus pour cela par l’agro-chimie), elles sont très défavorables à l’élevage extensif utilisant un maximum d’herbe.
Qui aura le courage enfin de dénoncer ces injustices ?
Si la presse n’en parle pas, c’est elle qui sera responsable de la pollution en fermant les yeux sur une réalité criante.
Merci de votre écoute.
Louis Marie Durand



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
42

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS