Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » 5 000 mots pour vanter l’agriculture industrielle
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






5 000 mots pour vanter l’agriculture industrielle

Nicolas Sarkozy a, le 27 octobre dernier lors de son annonce d’un plan de soutien ‘massif’ à l’agriculture, employé quelque 5 000 mots (1) pour vanter le modèle agricole français. En effet, les 650 millions d’euros et le milliard d’euros de prêts bonifiés ont été annoncés sans aucune mention de l’agriculture bio, alors que les méfaits de la production conventionnelle font la Une des journaux sous forme d’eau du robinet non potable, d’algues vertes sur les plages, de pesticides dans les aliments et dans l’air, d’abeilles déboussolées, etc. De plus, dans le même temps la France importe une très large majorité des produits bio qu’elle consomme, tandis que ses surfaces cultivées en bio stagnent, tout comme le nombre d’agriculteurs qui font le choix de ce mode de production.

Deux ans après le Grenelle de l’environnement, le grand écart présidentiel est de plus en plus flagrant, puisqu’après le secteur des transports c’est au tour de l’agriculture classique d’être sponsorisée à coup de millions d’euros, deux secteurs pourtant très dommageables tant pour le réchauffement climatique, que l’environnement ou la santé. Néanmoins, il est vrai que l’agriculture française à, en ces temps de crise, un argument de poids, elle est le premier secteur d’activité du pays avec un chiffre d’affaires de 163  milliards d’euros…

Pascal Farcy
1- Nombre avancé par la FNAB.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
31 octobre 2009 - 0 h 00 min

Peut-on attendre autre chose de cette politique de droite ? Seuls comptent la com et l’argent.


jiceben
31 octobre 2009 - 0 h 00 min

C’est vrai que les agriculture bio n’ont pas besoin d’être encouragés : ils s’en tirent nettement mieux que les conventionnels !


thylacine
1 novembre 2009 - 0 h 00 min

…ne pas mécontenter l’électorat représenté par les agriculteurs, globalement un important bastion de la droite populaire française… Et des échéances électorales importantes approchent (comme toujours d’ailleurs). Tout cela est fort logique…


Josemite
1 novembre 2009 - 0 h 00 min

Toujours le même discours. Nos hommes politiques n’en ont rien à faire de l’agriculture concentionnelle. sauf le jour où dans leur propre assiette ils retrouveront le produits alimentaires issus de leur infâme politique, ce qui ne semble pas encore être le cas aujourd’hui. Continuons à polluer et à intoxiquer !


opaque
1 novembre 2009 - 0 h 00 min

Sarkozy ne fait pas le grand écart: il applique la politique du grenelle de l’environnement: soit passer de 2% à 20% de bio si possible dans vingt ans, et donc de 100% à 80% de pesticides dans vingt ans,raisonnablement, contre 120% aujourd’hui (au moins…chiffres non contractuels)
c’est là une mission impossible à courte vue mais envisageable à long terme, qu’il s’efforcera de mener à bien pour la grandeur de la France; sauf qu’en attendant il faut nourrir les vaches, hein, et les crédits pour payer les tonnes de saloperies chimiques entassées dans la grange n’attendent pas.alors les subventions aux écolos, hein, ça peut attendre, il y a le feu au lac,la pac risque de devenir la pmpt(politique mondiale paysanne pour tous) et si le système actuel s’écroulait, c’est la fin du monde boursier, la fin des haricots transgéniques, la fin du chiffre d’affaire de Monsanto, la fin de la fnsea…les tracteurs à six roues motrices devant les préfectures, le cahos !
bon je vous laisse, je vais faire mes courses à Carrefour: j’en ai assez des biocoops, il faut soutenir l’économie réelle…


tess
1 novembre 2009 - 0 h 00 min

Je vis dans une campagne où domine la culture du maïs. Ce qui a pour conséquence directe la qualité de l’eau « potable »: 29mg de nitrates par litre….
Et ce printemps, le paysan qui pulvérisait du Roundup autour de son champ parce que les mauvaises herbes « ça fait pas propre » m’a répondu quand je suis venue vers lui: « mais non, c’est l’odeur, pas l’produit ». Et oui, M.Sarko, le pouvoir c’est comme le glyphosate: on en sent l’odeur!!!!


pervenchebio
5 novembre 2009 - 0 h 00 min

quel Président a fait mieux que N. Sarkozy en France???
c’est le consommateur qui tient la clé de la réussite du Bio. Clients,dévalisez tous les rayons alimentaires Bio dans tous les magasins!
créez de minis émeutes!IL faut que LES MEDIAS s’emparent de ce fait divers. Il faut qu’on parle de ce phénomène A LA TELE, DANS LES JOURNAUX… !Il faut marteler sans arrêt que le bio manque en France(la preuve il faut s’approvisionner à l’étranger ) Le producteur de lait bio ne jette pas son lait.Le paysan bio n’a pas peur de ne pas vendre sa marchandise au contraire il n’arrive pas à satisfaire les demandes. Il ne faut pas avoir peur de dire que produire du conventionnel c’est dépasser, c’est « mort » à brève échéance (pour le paysan et l’éleveur en particulier). Il faut par tous les moyens faire parler du Bio à la télé (créer l’évènement). Réfléchissons!!! Ne mêlons pas la politique,ne soyons pas divisés car le Bio n’est ni de droite ni de gauche (diviser pour régner).



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
34

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS