Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » 108 tonnes d’ivoire destinées au commerce chinois
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






108 tonnes d’ivoire destinées au commerce chinois

Bien qu’ayant interdit le commerce international de l’ivoire en 1989, la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages) organise depuis lors des ventes légales afin de réglementer le négoce de l’ivoire saisi sur des éléphants décédés de mort naturelle ou éliminés de manière sélective (1). Cette dérogation s’applique uniquement aux populations d’éléphants inscrites à l’annexe II de la Convention, lesquelles se limitent aux individus issus d’Afrique australe. Extrêmement encadré, ce commerce légal repose sur un système de permis. Celui-ci est délivré à un pays ayant fait l’objet d’une enquête approfondie, cette dernière déterminant s’il est apte à endosser le statut de partenaire commercial. S’il satisfait effectivement aux critères, il recevra en un envoi unique l’ivoire récolté et se chargera de sa commercialisation à l’intérieur de ses frontières. Les bénéfices générés par ces ventes sont exclusivement utilisés pour assurer la conservation de l’espèce.

En 1999, le Japon accueillait la première vente en tant que pays importateur. Elle consistait en l’envoi de quelque 50 tonnes d’ivoire, lesquelles ont rapporté à la cause du pachyderme 5 millions d’USD. Jusqu’à récemment, aucune réplique n’avait été programmée. Mais, suite à un accord passé en 2007, la CITES a autorisé l’Afrique du Sud, le Botswana, la Namibie et le Zimbabwe à vendre en une seule fois l’ensemble des stocks d’ivoire gouvernementaux enregistrés avant le 31 janvier 2007. Avant de donner son aval, la CITES a mené diverses missions au sein des pays exportateurs afin de vérifier la légalité des marchandises vouées à la vente. Au final, l’Afrique du Sud fournira 51 121,8 kg alors que le Botswana avance, pour sa part, le chiffre de 43 682,91 kg. Suivent la Namibie avec 9209,68 kg et le Zimbabwe avec 3755,55 kg. Le total s’élève à 108 tonnes d’ivoire.

Si l’issue de l’enquête s’avéra positive du côté des fournisseurs, le choix du pays importateur, en revanche, fut plus problématique. Après délibérations, on retint finalement la candidature de la Chine. Un choix loin d’être approuvé par tous. En effet, selon l’IFAW, au regard des multiples saisies effectuées dans ses ports, la Chine serait « reconnue comme le plus grand marché illégal du monde » lié à l’ivoire. Or, la vente de telles quantités pourrait avoir l’effet inverse de celui escompté, en stimulant la demande qui, à terme, favoriserait la filière illégale.

Des arguments contrés par la CITES, laquelle justifie sa décision en s’appuyant sur les efforts réalisés par la Chine pour mieux maîtriser son marché intérieur. Cette dernière affiche ainsi en 2008 un score de 63 % dans « la lutte contre la fraude » contre 6 % en 2002.

Mais, bien que la CITES affirme redoubler de vigilance, on peut s’interroger sur la pertinence de ce système alors même que le braconnage a atteint ces dernières années des taux encore jamais égalés depuis l’embargo établi en 1989. Premier Etat à bénéficier de ces ventes, le Japon a fait preuve d’une grande tolérance quant aux mesures répressives prises pour contrer les marchés parallèles. En témoigne la légèreté des peines sanctionnant les contrebandiers. Ainsi, en août 2006, le détournement de 3 tonnes d’ivoire s’était soldé par une condamnation à un an de prison avec sursis et une amende de 4 950 euros. A titre comparatif, on évaluait la valeur de la marchandise à 6,2 millions d’euros.

L’avenir nous dira si la Chine saura se montrer plus consciencieuse. En attendant, aucune nouvelle proposition de vente déposée par l’un des quatre pays africains ne sera prise en compte par la CITES au cours des neuf années consécutives à la vente prévue prochainement.

Cécile Cassier

1- L’abattage sélectif consiste à éliminer les individus jugés gênants, notamment pour les populations humaines avoisinantes.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
smile17
6 août 2008 - 0 h 00 min

je n’ai rien contre les africain ou autres populations qui font pression sur la nature environnante et réduisent les zones sauvages déboisement ,défrichage pour agrocarburants etc… , mais dans le cas de ces éléphant , il faudra à terme compter avec leur disparition quasi totale en liberté sauvage , ou alors il faudrai se résoudre à éliminer toute population exerçant une pression ? de beaux massacres en perspective si la population mondiale continue de grossir comme cela , les éléphants ont du souci à se faire : ouvrir la chasse aux panoupanous !!!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
37

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS