Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » A partir de 2015, on ne mangera plus de bisphénol A
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



A partir de 2015, on ne mangera plus de bisphénol A

Le bisphénol A va être interdit à partir de janvier 2015

Alors que 90 % de la population occidentale est contaminée par le bisphénol A (BPA), accusé d’avoir d’importants effets sur la santé (1), son interdiction, dans les matériaux en contact avec les aliments, va intervenir dès le 1er janvier prochain en France.

Depuis de nombreuses années, les effets possibles du BPA sur notre santé ne cessent d’être dénoncés. En janvier dernier, l’autorité européenne pour la sécurité des aliments (Efsa), pourtant connue pour ne pas se précipiter en la matière, n’a ainsi pas hésité à déclarer que les seuils d’exposition au bisphénol A devraient être divisés par dix.

Si l’on trouve du BPA dans de multiples objets de notre environnement, notamment nos voitures et logements, c’est à 80 % via notre alimentation que l’on est contaminé, et plus particulièrement au travers du contenu des boîtes de conserve et autres canettes. En conséquence, l’interdiction annoncée cette semaine par la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, était attendue. Elle vient compléter celles prises, en juin 2010, pour les biberons et, en janvier 2013, pour les contenants des aliments destinés aux nourrissons et jeunes enfants.

Simultanément, la ministre a également annoncé œuvrer à une démarche similaire au niveau européen, devant déboucher à la fin 2015. De même, les enfants de moins de trois ans étant promptes à porter à la bouche des objets, la substitution du bisphénol A dans les jouets qui leur sont destinés, mis sur le marché français, devrait être également accélérée.

1- Faisant partie des perturbateurs endocriniens, le bisphénol A (BPA) est reconnu comme ayant des effets possibles sur les systèmes reproductif, nerveux, immunitaire, métabolique et cardiovasculaire, sans omettre le développement de cancers.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 11 mai 2014 à 12:14

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Sophila
14 mai 2014 - 18 h 04 min

Et on le remplace par quoi, en tant qu’agent plastifiant? Du bisphénol S dont les propriétés n’ont pas été évaluées suffisamment? Halte au plastique! Nous aurons peut-être moins besoin de pétrole? Revenons donc aux bouteilles et bocaux de verre consignés, nous nous porterons mieux.


Marc
14 mai 2014 - 21 h 54 min

Qu’en est-il des contenants pour le milieu médical – poches pour transfusion et perfusions divers ?


Renaud HANS
14 mai 2014 - 22 h 49 min

+1
je suis d’accord avec Sophila, quid des effets des substituts du BPA ? énormément de nouvelles molécules sont mises en circulation tous les ans avec des tests réduits au minimum puisqu’aucune interaction n’est testé avec d’autres molécules : le fameux « effet cocktail » de toutes les molécules notamment issues de la pétro-chimie fait de gros dégâts sans aucune réaction de nos autorités « compétentes » ; pire, est maintenant instituée la « dose maximale journalière’ » au-dessous de laquelle rien n’est soit-disant dangereux : il me semble que l’homéopathie a prouvé son efficacité (notamment sur les animaux, donc sans effet placebo) avec des doses infiniment plus faibles que ces DMJ … bref on joue aux apprentis sorciers, toujours pour le business et au dépend de la santé


Serge
21 mai 2014 - 13 h 38 min

Si la décision est accompagné par les mesures juridiques pour rendre sa commercialisation répressible sans AUCUN délai, c’est une très bonne mesure .. sinon ça ne va pas être qu’un « pet sonore » … en ce qui concerne son remplacement des récipients contenant du bisphénol A, les bénéficiaires de profits avec l’utilisation de ces récipients ont 6 mois pour en trouver une solution … cette recherche va leur baiser la masse imposable :D


Nicole Sarah Kretchmann
21 mai 2014 - 23 h 05 min

Qui nous poussent, nous les consommateurs à acheter des boites de conserves, des canettes de bière, d’eau (hélas), de sodas… ?
C’est en famille, à l’école, que les enfants devraient être informés de la dangerosité pour leur santé des sodas, etc…
Il y aurait tant et tant d’info à leur donner…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1215

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS