Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » 750 adjuvants chimiques pour l’exploitation des gaz de schiste
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



750 adjuvants chimiques pour l’exploitation des gaz de schiste

Impact sur la santé de l'exploitation des gaz de schiste

L’exploitation importante, dans une dizaine d’états, aux USA, du pétrole et gaz de schiste génère de plus en plus d’études indépendantes. Il est vrai que le sujet est de plus en plus sensible avec, aujourd’hui, quelque 15 millions d’Américains vivant à moins d’un kilomètre et demi d’un puits en activité. Ces études scientifiques lèvent progressivement le voile de l’omertà sur l’impact en termes de santé et d’environnement de l’exploitation énergétique du pétrole et gaz de schiste. C’est dans ce cadre que, du 10 au 14 août, la tenue de la 248e conférence de la Société américaine de chimie s’est, entre autres, intéressée aux risques de contamination des nappes d’eau et aux séismes induits par l’exploitation des schistes.

Pour extraire huile et gaz de schiste, la roche-mère doit être fracturée pour générer des fissures permettant d’y injecter à haute pression un cocktail constitué à près de 95 % d’eau et 5 % de sable, additionné de divers produits chimiques, élaborés par les producteurs. Selon la Commission de l’énergie et du commerce, plus de 2500 produits, reposant sur quelque 750 composants chimiques, peuvent ainsi être injectés dans la roche-mère pour la fracturer, maintenir les fissures, en extraire leur précieux contenu et assurer le bon fonctionnement du forage au quotidien.

Au niveau santé, à partir de certaines concentrations, plus de 75 % des produits identifiés, dont la possible toxicité est documentée, sont connus pour irriter les yeux, la peau, les systèmes respiratoire et gastro-intestinal. Au-delà, ils sont encore 52 % à pouvoir affecter le système nerveux et 37% identifiés comme des perturbateurs endocriniens, donc de perturber le système hormonal à partir de très faibles doses, notamment au niveau fœtal. Une étude épidémiologique récente, menée dans le Colorado où plus de 12 000 personnes vivent à moins de 300 mètres d’un forage de schiste, conforte la présence de perturbateurs endocriniens dans les éléments chimiques utilisés. Les chercheurs ont en effet enregistré un risque supplémentaire de 30% de malformations congénitales cardiaques pour les enfants dont la mère vit à proximité de zones d’extraction de pétrole ou gaz de schiste.

Une autre étude souligne également un risque supplémentaire, mais non quantifié, de développer certains cancers en vivant à moins de 800 m des sites d’exploitation.

Enfin, si les images spectaculaires du documentaire Gasland, avec la présence de gaz au robinet, ne sont ni infirmées, ni confirmées, des chercheurs ont trouvé d’importants taux de méthane dans des points de prélèvement d’eau potable à proximité de zones d’exploitation. Mais le méthane n’étant pas considéré toxique aux Etats-Unis, aucune étude épidémiologique n’est réalisée pour évaluer ses potentiels impacts sur la santé, que ce soit dans l’eau de boisson ou l’air ambiant.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 19 août 2014 à 07:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
René Varenge
20 août 2014 - 21 h 09 min

Nous épuiserons par tous les moyens bons ou mauvais tout le pétrole de la terre et peu importe les conséquences pour les générations futures.


Joffrey Heyraud
21 août 2014 - 10 h 31 min

De mon point de vue, la sensibilisation aux problèmes écologiques nécessite une certaine rigueur scientifique de façon à ne pas décrédibiliser le message dans son ensemble pour des détails. Il existe un grand nombre de questions relatives aux additifs utilisés pour l’extraction du gaz de schiste et la libération de méthane dans l’atmosphère est très problématique au niveau de l’impact climatique. En revanche le méthane n’est pas toxique. C’est un fait et non pas une hypothèse. Est-ce que vous avez l’impression de vous intoxiquer quand vous pétez au lit ?


Daniel METHOT
22 août 2014 - 20 h 16 min

Je suis de formation scientifique mais je ne veux pas perdre mon temps à examiner si tel ou tel produit est nocif ou non.
Le simple fait de fracturer des roches mères avec ces mélanges pour laisser fuser les gaz emprisonnés est une aberation et même un crime (pas comme pomper du pétrole emprisonné dans des nappes souterraines).
C’est le fait d’une civilisation de plus en plus gloutonne en énergie, qui ignore le mot « renouvelable » et qui sciera jusqu’au dernier arbre pour satisfaire sa boulimie énergétique.
Pour assurer un avenir viable aux génération futures, je réclame un changement de paradigme.


Lucien
23 août 2014 - 17 h 24 min

Je répondrai à Joffrey Heyraud en lui demandant s’il pense que sa santé s’améliorerait s’il buvait de l’eau contenant du méthane.


dany
25 août 2014 - 11 h 13 min

Joffrey Heyraud dit : Le méthane n’est pas toxique.
… c’est une question de dosage :)
Le suicide par gazage se rencotnre … malheureusement.


rené
25 août 2014 - 18 h 03 min

Message à nos  » chers  » ministres: et vous voulez cette  » merde  » en France?


cougnoux
4 septembre 2014 - 11 h 13 min

Oui, le méthane n’est pas considérée comme toxique aux US , pays très procédurier
sinon imaginez les nombreux procès entre épouses parce que un lâche des gazes pendant son sommeil
Si vous connaissez leur culture vous êtes certainement d’accord que c’est pas si absurde que ça



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
2419

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS